DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Avenir du partenariat UE-Chine

L’UE observe avec attention les mouvements politiques à la tête du Parti communiste chinois.

Vous lisez:

Avenir du partenariat UE-Chine

Taille du texte Aa Aa

Avec le renouvellement de son mandat à la tête du Parti communiste chinois, Xi Jinping renforce son autorité au sommet de la deuxième puissance économique mondiale. Le président chinois dit vouloir transformer le modèle économique du pays. Une stratégie qui n’est pas sans conséquences pour ses partenaires internationaux. L’ambassadeur de l’Union européenne à Pékin constate d’ailleurs un changement sémantique de Xi Jinping. “Dans son discours, le marché mondial avait moins d’importance que par le passé, il est plus souvent fait mention du rôle de l’Etat”, détaille Hans-Dietmar Schweisgut.

allviews Created with Sketch. Point of view

"La Chine va continuer à être fortement dépendante des marchés étrangers"

Jonathan Holslag Professeur à la VUB
La Chine est le deuxième partenaire commercial de l’Union européenne. Les échanges entre les deux partenaires sont évalués à un milliard d’euros par jour. Mais la balance est défavorable aux Européens et plus particulièrement sur les biens. En revanche le commerce des services est en faveur de l’Union. Mais les 28 veulent maintenant que la Chine ouvre davantage son marché et qu’elle offre “les mêmes opportunités aux investissements européens que celles dont bénéficient les entreprises chinoises en Europe”, précise Hans-Dietmar Schweisgut.
Xi Jinping dit vouloir remodeler le modèle économique de la Chine. Cet objectif passe par davantage de valeur ajoutée sur les produits afin de monter en gamme. Mais cette transformation ne signifie pas pour autant la fin des biens de très grande consommation explique Jonathan Holslag, spécialiste de l’Asie à la VUB, l’Université flamande de Bruxelles. “Ils ne vont pas tout rééquilibrer, ce qui signifie que la Chine va continuer à être fortement dépendante des marchés étrangers, elle continuera à exporter énormément et c’est une mauvaise nouvelle pour l’Union européenne”, explique-t-il.
Malgré de nombreux progrès l’Union européenne déplore toujours un manque de transparence commerciale de la part des autorités chinoises et une discrimination à l’encontre des entreprises étrangères. Les 28 souhaiteraient aussi voir un désengagement de l’Etat chinois afin de réduire la position dominante des entreprises publiques.