DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La victoire attendue du président sortant Kenyatta

Le scrutin présidentiel marqué par de fortes tensions et un faible taux de participation.

Vous lisez:

La victoire attendue du président sortant Kenyatta

Taille du texte Aa Aa

Au Kenya, l’appel au boycott de l‘élection présidentielle ce jeudi par l’opposition a semble-t-il été entendu. Le taux de participation devrait rester très faible, autour de 35% selon les premières estimations. Le 8 août dernier 80% des inscrits avaient participé au scrutin, mais le processus électoral avait été annulé par la Cour suprême.
Signe du chaos ambiant, le vote a été reporté à samedi, dans plusieurs comtés à l’ouest du pays.


Dans ce contexte, la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta, de l’ethnie majoritaire kikuyu, ne fait aucun doute dans un pays plus divisé que jamais après la mort, ces deux derniers mois, de plusieurs dizaines de partisans de Raila Odinga, le leader de l’opposition.

Vendredi matin à Nairobi, certains électeurs kényans semblaient désabusés.

Agnes Kinya, réceptionniste à Nairobi : “Les politiciens doivent maintenant s’asseoir à la même table et se parler (…). Chacun devrait aussi parler à ses partisans et leur dire, leur montrer; que le Kenya est un seul pays, comme il l’a été ces dernières années.”

Fred Mutuku, travailleur indépendant à Nairobi : “On en a assez des politiciens. On veut continuer à vivre normalement. En tant que travailleur indépendant, on souffre beaucoup de la situation et on se bat tous les jours.”


Lassitude des électeurs kényans et inquiétude de la presse. Vendredi matin, le quotidien La Nation a publié un éditorial expliquant que le pays ressortira plus fracturé que jamais après cette élection présidentielle et que le taux anticipé de faible participation posera un “grave problème de légitimité pour le vainqueur”.


Avec Agences