DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Barzani quitte la tête du Kurdistan irakien

Le président du Kurdistan irakien a annoncé dans une lettre au Parlement qu'il n'exercerait plus ses fonctions après le 1er novembre, conséquence de la crise ouverte avec Bagdad, suite au référendum sur l'indépendance.

Vous lisez:

Barzani quitte la tête du Kurdistan irakien

Taille du texte Aa Aa

Massoud Barzani quitte la présidence du Kurdistan irakien, un mois après le référendum sur l’indépendance. Il a annoncé dans une lettre adressée au Parlement qu’il n’exercerait plus ses fonctions « après le 1er novembre » et qu’il refusait que son mandat soit de nouveau « prolongé ».

Son retrait est une conséquence directe du « oui » à l’indépendance (92,73 % des suffrages et un taux de participation de 72,16 %), qui a créé une crise ouverte avec Bagdad.

Le vote a entraîné la reprise par le pouvoir central de territoires gagnés par les peshmergas, dans leurs combats contre les jihadistes de l’Etat Islamique.

En reprenant les puits de pétrole de Kirkouk (nord), qui représentaient quasiment la moitié des revenus de la région autonome déjà fortement endettée, Bagdad a porté un coup fatal à la viabilité économique du rêve kurde, vieux d’un siècle, de créer un État.

« Les peshmerga ont joué un rôle majeur dans la bataille de libération de Mossoul. Sans eux, l’armée irakienne n’aurait jamais réussi à libérer la ville. Nous pensions en conséquence que la communauté internationale allait récompenser les peshmerga et le peuple du Kurdistan, et que le sang versé par les martyrs allait être respecté », a déclaré ce dimanche Massoud Barzani.

A l’extérieur du parlement, des hommes s’en sont pris à des journalistes et ont tenté de prendre le bâtiment d’assaut à coups de bâtons et de pierres, avant d‘être dispersé par la police.

Les prérogatives du président Barzani ont été réparties entre les pouvoirs judiciaires et législatifs, en attendant la tenue de l‘élection présidentielle dont la date n’a pas encore été fixée.

L’opposition – notamment le parti Goran qui veut un “gouvernement de salut national” à la place de Massoud Barzani – n’est pas favorable à la répartition proposée par les grands partis kurdes, le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) du président et son rival de l’Union patriotique kurde (UPK), ont indiqué des députés.

Le mandat de Massoud Barzani, premier président élu de la région autonome, avait expiré en 2013. Il avait été prolongé de deux ans par le Parlement puis s’était poursuivi sans élection ni décision formelle face au chaos engendré par l’offensive de l’organisation Etat islamique en Irak.

Avec AFP.