DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'ex-directeur de campagne de Donald Trump inculpé de complot

Pas moins de 12 chefs d'inculpation, dont celui de complot, contre l'ancien chef de campagne de Donald Trump. La menace se rapproche du président américain dans l'affaire de l'ingérence russe au coeur de la présidentielle.

Vous lisez:

L'ex-directeur de campagne de Donald Trump inculpé de complot

Taille du texte Aa Aa

C’est un gros coup d’accélérateur dans l’enquête sur l’ingérence de la Russie dans l‘élection présidentielle américaine de 2016. L’ancien directeur de la campagne électorale du président Donald Trump, Paul Manafort, a été inculpé de complot contre les Etats-Unis. Il a dû se rendre au bureau du FBI à Washington, car le procureur spécial chargé de l’enquête l’avait sommé de se livrer à la justice.


Manafort, qui a été assigné à résidence, est visé par 12 chefs d’inculpation au total; à l’accusation de complot s’ajoutent celles de blanchiment, fausses déclarations et non déclarations de comptes détenus à l‘étranger. L’ex-chef de campagne pourrait être présenté à un juge dans la journée. Fin juillet dernier, l’une de ses maisons avait été perquisitionnée par la police fédérale, et des documents avaient été saisis.

Des liens avec l'Ukraine pro-russe

Rick Gates, un associé de l’accusé, a reçu le même ordre de se rendre à la justice. Le journal New York Times a révélé que son nom apparaissait sur des documents de sociétés domiciliées à Chypre. Grâce à ces sociétés écran, Paul Manafort aurait reçu des paiements en provenance d’Europe de l’Est. Il est soupçonné d’avoir été un consultant de l’ombre, notamment de l’ex-président ukrainien Viktor Ianoukovitch, un homme politique pro-russe.

ABC News a réalisé une vidéo qui montre l’arrivée de Paul Manafort au FBI :


“Il n’y a aucune collusion !”, a réagi le président américain sur Twitter, comme à son habitude. Donald Trump ne semble pas visé par l’enquête pour le moment. Mais le procureur en charge de l’affaire, Robert Mueller, a la réputation de garder une réelle indépendance et de toujours remonter la piste, où qu’elle mène…

“Désolé, mais c‘était il y a des années, avant que Paul Manafort ne fasse partie de la campagne Trump”, a également tweeté le président américain, insultant au passage son ancienne rivale démocrate à la présidentielle, Hillary Clinton : “Pourquoi Hillary la crapule et les démocrates ne sont-ils pas visés ?????”.