DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Inculpations dans l'entourage de Trump

Trois membres de l'équipe de campagne de Donald Trump sont poursuivis par la justice américaine dans le cadre de l'enquête sur l'ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016.

Vous lisez:

Inculpations dans l'entourage de Trump

Taille du texte Aa Aa

Sourire forcé et soupe à la grimace à la Maison Blanche…et ce n’est qu’en partie en raison d’Halloween.

Les masques commencent à tomber dans l’entourage de Donald Trump. Trois membres de l‘équipe de campagne du président américain viennent d‘être inculpés par la justice dans le cadre de l’enquête sur les ingérences russes dans la campagne présidentielle de 2016.

Les mensonges de George Papadopoulos

Un de ses anciens conseillers subalternes, George Papadopoulos, est particulièrement dans l’oeil du cyclone.

Il a reconnu avoir menti aux enquêteurs du FBI sur la date à laquelle il a eu des contacts avec des intermédiaires russes détenant des emails capables de salir l’image d’Hillary Clinton.

Il aurait eu ces échanges alors qu’il était bien membre de l‘équipe de campagne du candidat Trump.

La porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Huckabee Sanders, a tenté de minimiser son implication en déclarant que George Papadopoulos n‘était qu’un « bénévole qui n’avait participé qu’une fois à un petit comité consultatif ».

Paul Manafort et Richard Gates, lobbyistes pour l’Ukrainien Ianoukovitch

L’ancien directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, et son associé Richard Gates sont eux accusés de « complot contre les Etats-Unis », de « blanchiment » ou encore de « fausses déclarations ».

Rien pourtant dans l’acte d’inculpation ne semble suggèrer d’entente secrète avec les autorités russes pendant la campagne de Donald Trump.

Les deux hommes sont sur le grill pour avoir omis de déclarer des activités de lobbyiste en faveur de l’ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch, pro-russe.

Plus de 75 millions de dollars ont transité par des comptes offshore gérés par les deux hommes, Paul Manafort étant accusé d’avoir blanchi à lui seul 18 millions de dollars. Ces opérations lui ont permis de « mener grand train » aux Etats-Unis, acquérant notamment diverses propriétés luxueuses, selon l’acte d’accusation.

L’avocat de Paul Manafort, Kevin Downing, a estimé qu’il n’y avait « pas de preuve d’une quelconque collusion entre Mr Manafort ou l‘équipe de campagne de Mr Trump et le gouvernement russe » et dénoncé une inculpation « ridicule », concernant des activités liées à l’Ukraine auxquelles son client a mis un terme « deux ans avant de travailler pour l‘équipe de campagne de Trump ».

Paul Manafort et Richard Gates ont plaidé non coupable des douze chefs d’inculpations retenus à leur encontre.

L’ancien directeur de campagne de Donald Trump a payé une caution de dix millions de dollars pour rester libre.

Il est toutefois assigné à résidence, tout comme son associé, en attendant une prochaine audience.

Avec AFP.