DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Moscou dément toute ingérence dans la présidentielle américaine

Vous lisez:

Moscou dément toute ingérence dans la présidentielle américaine

Taille du texte Aa Aa

L‘équipe de Trump s’est-elle concertée avec Moscou pour influer sur le résultat du scrutin présidentiel ? Moscou dément à nouveau toute ingérence et dénonce des accusations “absolument ridicules, gratuites et sans fondement.” L’enquête sur cette ingérence russe présumée s’est accélérée lundi, avec la mise en accusation de trois membres de l‘équipe de campagne de Donald Trump. “Jusqu‘à présent, la Russie n’apparaît pas dans les accusations qui ont été présentées affirme Dmitry Peskov, le porte-parole du Kremlin. Ce sont d’autres pays et d’autres personnes qui apparaissent. (…) Moscou n’a jamais ressenti le besoin de se sentir exonéré. Nous avons exprimé une totale incompréhension concernant le mythe d’une intervention russe dans les élections américaines.”



Le procureur Mueller a inculpé Paul Manafort et son associé Richard Gates, contre lesquels il a retenu douze chefs d’accusation dont complot contre les Etats-Unis, blanchiment, fausses déclarations et non-déclaration de comptes détenus à l‘étranger. Mais l’acte d’inculpation de 31 pages ne suggère pas de collusion entre l‘équipe du candidat républicain et les autorités russes. MM. Manafort et Gates se voient principalement reprocher des activités non déclarées de lobbyiste en faveur de l’ancien président ukrainien pro-russe, Viktor Ianoukovitch.


“Maintenant, ils ont trouvé une trace ukrainienne concernant M. Manafort et certains de ses assistants explique Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe. Mais la trace ukrainienne devrait probablement être étudiée via l’Ukraine, il y aurait sûrement des choses à dire sur leur position pendant la campagne présidentielle américaine.”

En janvier dernier, peu avant l’entrée en fonctions de Donald Trump, les services de renseignement américains ont publié un rapport dans lequel ils dénouaient les fils de la campagne de piratage et de désinformation attribuée à Moscou. Ils y décrivaient le rôle de la chaîne RT (anciennement Russia Today), très active sur internet en anglais, comme “le principal moyen de propagande du Kremlin à l‘étranger”.

Trois enquêtes parlementaires sont en cours au Congrès. pour analyser l’ampleur des ingérences russes, et en tirer les conclusions avant les prochaines échéances électorales américaines, les législatives de novembre 2018 et la présidentielle de 2020.

avec AFP