DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La ligne Baku-Tbilisi-Kars inaugurée

Derniers coups de marteau sur les rails à Alyat en Azerbaïdjan pour inaugurer le train reliant Baku-Tbilisi et Kars.

Vous lisez:

La ligne Baku-Tbilisi-Kars inaugurée

Taille du texte Aa Aa

Derniers coups de marteau sur les rails à Alyat en Azerbaïdjan pour inaugurer le train reliant Baku-Tbilisi et Kars. Les présidents d’Azerbaijan et de Turquie, les Premiers ministres de Géorgie, du Kazakhstan et d’Ouzbekistan ont répondu présents.

La nouvelle voie ferrée de 846 kilomètres passe à travers l’Azerbaïdjan, la Turquie et la Géorgie. Elle connecte l’Europe et la Chine. C’est la plus grande partie du projet mondial de reconstruction de la Grande Voie de la Soie, par le rail.

Le BTK (Baku, Tbilissi, Kars) a coûté environ 4 milliards de dollars. 3 pays espèrent avoir un rapide retour sur investissement, de plus de 10 milliards par an pour chacun des partenaires. Avant 2034 cette voie est sensée transporter 17 millions de tonnes de marchandises. Et il y a au moins une bonne raison à cela :

“Il n’y a pas de chemin plus court entre l’Asie et l’Europe. Notre but à l’avenir est de s’entendre sur les prix pour le rendre très attractif. A long-terme, le volume du fret va grossir, ce qui signifie d’importants bénéfices, plus de revenus, de nouveaux emplois et de nouvelles coopérations”, explique Ilham Aliyev, le président d’Azerbaïdjan.

“‘L’intérêt économique et le transport de passager ont une importance stratégique, cela ne fait aucun doute”, pour Recep Tayyip Erdogan, le président turc.

Le premier train de passagers circulera l’année prochaine avec une capacité de transport de plus de 3 millions de passagers par an. L’Azerbaïdjan, la Géorgie et la Turquie espèrent attirer de nouveaux touristes, faire rentrer de l’argent d’une nouvelle manière et ouvrir leurs horizons.

“Le projet ne relie pas que les économies des pays, il relie aussi les gens. Plus l’intégration est grande, plus importante sera la coopération et le mieux ce sera pour la croissance économique et le commerce. Et nous aurons davantage de sécurité pas seulement dans ces régions mais au-delà”, espère Giorgi Kvirikashvili, le Premier ministre de Géorgie.

Le premier fret a déjà quitté le port d’Alyat à Baku et atteint la Turquie. Ces wagons trasportent 3.200 tonnes de céréales du Kazakhstan. Des négociations avec d’autres clients sont en cours. Nombre d’entre eux sont attirés par la rapidité de ce train. Un fret partant de Chine mettra deux semaines pour atteindre l’Europe au lieu de 35/45 jours. La première année il pourrait transporter plus de 5 millions de tonnes de fret.

“Nous avons des céréales, du métal russe, du bois russe, des produuits chinois. Nous avons calculé et réalisé que nous pourrions déjà avoir près de 5 tonnes de marchandises ici d’une minute à l’autre”, explique Javid Gubanov, le président d’Azerbaijan Railways.

D’autres pays, comme le Kazakhstan, le Pakistan, la Chine et l’Inde, sont intéressés pour devenir des partenaires de ce projet.