DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

State of the Union: La saga Puigdemont à Bruxelles

Vous lisez:

State of the Union: La saga Puigdemont à Bruxelles

Taille du texte Aa Aa

Cette semaine, le State of the Union a remarqué quelque chose d’inhabituel à Bruxelles. En cette période de congé, la capitale européenne est d’habitude plutôt calme mais l’arrivée de Puigdemont a créé une certaine agitation. Le leader catalan déchu a surpris tout le monde en se rendant à Bruxelles pour y plaider sa cause auprès des institutions européennes.

Il a donné une conférence de presse devant 300 journalistes massés dans une salle prévue pour en accueillir 80, créant pas mal de bousculades. Mais au final la montagne a accouché d’une souris et le discours de Puigdemont en a laissé plus d’un perplexe.

Les spéculations vont bon train sur les réelles intentions du Puigdemont. Prévoyait-il de demander l’asile politique ou de monter un gouvernement en exil. Et que compte-t-il faire en Belgique sur le long terme? Il risque en tout cas ne pas faire du tourisme longtemps puisqu’un mandat d’arrêt européen a été demandé à son encontre.

L’autre actualité de la semaine, ce sont ces révélations de harcèlement sexuel qui se succèdent contre des stars masculines. En Europe, le scandale s’est déplace au Royaume-Uni où le ministre de la Défense, Michael Fallon, est pointé du doigt.

Mais il n’y a pas que le parti Conservateur qui soit concerné, le parti Travailliste doit aussi affronter ses démons. Une jeune militante affirme qu’elle a été violée durant un événement du parti. On lui aurait fait comprendre que porter plainte lui causerait beaucoup de tort. Mais aujourd’hui, elle a obtenu le soutien des dirigeants du parti. Le président Jeremy Corbyn a d’ailleurs tweeté: “Il faut du courage pour dénoncer une agression sexuelle. Bex Bailey a été très brave”.