DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Détenus basques : les familles saisissent le Défenseur des droits

Vous lisez:

Détenus basques : les familles saisissent le Défenseur des droits

Détenus basques : les familles saisissent le Défenseur des droits
Taille du texte Aa Aa
Des familles de détenus, membres ou proches de l'organisation séparatiste ETA, ont saisi le Défenseur des droits pour dénoncer l'éloignement de ces prisonniers, ont-elles annoncé lors d'un point presse samedi à Hendaye (Pyrénées-Atlantiques). "La dispersion des prisonniers politiques basques en France engendre une situation dramatique pour leurs parents et leurs amis", a déclaré Muriel Lucantis, l'une des porte-parole des familles. "Cinquante-deux familles de prisonniers basques ont saisi le Défenseur des droits, une saisine basée sur les violations des droits perpétrées par l'administration française. Mais nous n'avons pas de réponse sur la suite de la saisine pour l'instant", a-t-elle ajouté. 64 prisonniers de l'ETA sont incarcérés en France. La plupart ont demandé leur transfert vers les centres de détention de Mont-de-Marsan (Landes) ou Lannemezan (Hautes-Pyrénées), toutes deux proches du Pays Basque, "sans aucun résultat", selon Muriel Lucantis. Les familles dénoncent "les voyages incessants et coûteux qui leur sont imposés" pour rendre visite à leurs proches. Ces longs voyages génèrent chez toutes les familles "une forte tension, un épuisement physique et psychologique", et "les conséquences sont encore plus douloureuses pour les jeunes enfants et les personnes âgées", a encore souligné Urtzi Errazkin, autre porte-parole des familles. Ces dernières vont participer à partir du 16 novembre à un "tour des prisons" dans tout l'Hexagone, où se trouvent des détenus basques, une initiative impulsée notamment par Etxerat ("à la maison", en français), le mouvement de soutien aux prisonniers. Ces familles participeront également à la manifestation du 9 novembre organisée par des associations et des organisations de défense des droits de l'Homme à la Gare Montparnasse à Paris, "en soutien aux prisonniers". L'ETA, fondée en 1959 sous la dictature franquiste, a renoncé en octobre 2011 à la lutte armée, après 43 ans de violences au nom de l'indépendance du Pays basque et de la Navarre. Le 8 avril 2017, elle a livré aux autorités françaises une liste de huit caches d'armes, toutes situées dans les Pyrénées-Atlantiques, un geste salué par Paris, mais jugé insuffisant par Madrid, qui a appelé l'organisation à se dissoudre. Au total, 829 assassinats sont imputés à l'ETA, qui compte au moins 62 morts dans ses rangs.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.