DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Après l'EI, une famille syrienne retrouve la lumière du soleil

Vous lisez:

Après l'EI, une famille syrienne retrouve la lumière du soleil

Après l'EI, une famille syrienne retrouve la lumière du soleil
Taille du texte Aa Aa
Pris au piège des combats contre les jihadistes dans la ville syrienne de Deir Ezzor, Abou Mahmoud, 90 ans, a vu les rayons du soleil pour la première fois depuis des mois. Evacué lundi de son appartement sur un brancard porté par des secouristes du Croissant rouge syrien, il est devenu si frêle que son corps était à peine visible sous la couverture rose qui le recouvrait. Les secouristes ont découvert Abou Mahmoud et sa famille recroquevillés à l'intérieur de leur appartement situé au premier étage d'un immeuble à Deir Ezzor dans l'est du pays en guerre, plusieurs jours après la reprise par l'armée de cette ville au groupe jihadiste Etat islamique (EI). Pendant les farouches combats autour d'eux dans le quartier de Cheikh Yassine, le vieil homme et son épouse de 80 ans ainsi que leurs deux filles sont restés terrés chez eux. "Notre famille ne soutenait pas l'EI mais nous sommes restés car j'étais malade et je ne pouvais pas bouger", explique Abou Mahmoud, la voix faible. De nombreux quartiers de Deir Ezzor ont été ravagés par plusieurs mois d'offensive de l'armée, qui a libéré la semaine dernière la cité contrôlée en majorité par l'EI pendant trois ans. Avec la fin des violences, le Croissant rouge a entrepris de localiser les civils restés chez eux. Une source au Croissant rouge dans la ville a affirmé à un journaliste collaborant avec l'AFP que près de 150 civils bloqués par les combats avaient été secourus depuis la semaine dernière. - Des JT regardés en secret - Les secouristes ont souvent été alertés par les soldats qui découvraient des habitants lors des opérations de ratissage. C'est ainsi qu'ils ont pu localiser Abou Mahmoud et sa famille, non sans avoir franchi d'abord un amas de gravats pour parvenir à leur immeuble de trois étages. Ses deux filles célibataires se préparaient à quitter leur sombre appartement pour la première fois depuis des mois, afin de partir avec leurs parents nécessitant des soins médicaux. "Nous ne pouvions pas fermer l'oeil la nuit en raison des combats et des bombardements. On ne sortait jamais", assure Rania, 35 ans, portant un chandail à capuchon. La famille a survécu grâce à des lentilles, des pois chiches et du riz qu'ils avaient stockés en début d'année. Les soeurs expliquent qu'elles ont gardé espoir en regardant les journaux télévisés en secret, pour pouvoir suivre la progression de l'armée vers Deir Ezzor. "Les paraboles étaient bannies sous l'EI, donc nous avons caché la nôtre", indique Rania. "Nous l'installions dans une autre partie de l'immeuble pour regarder les infos puis nous la ramenions chez nous". Sa soeur de 38 ans, Madaoui, affirme qu'ils avaient suivi l'ensemble de la progression de l'armée, depuis la capture de Palmyre, jusqu'à l'entrée dans la ville de Deir Ezzor en septembre. "L'entrée de l'armée était comme une renaissance pour nous", indique cette femme aux cheveux tenus en arrière et des boucles d'oreille en forme de fleur. "C'est comme la résurrection chez les chrétiens. La Syrie a connu sa résurrection après la défaite de l'EI". - 'Si seulement, si seulement' - Dans le quartier voisin d'Al-Qoussour, une maison à l'architecture traditionnelle arabe a été transformée en un abri temporaire pour les habitants qui ont perdu leurs maisons. Sous une nuée de mouches, un groupe d'enfants sont assis sur le perron de la cour, où de vieilles femmes fouillent dans des sacs de vêtements offerts en dons. "Nous nous sommes réfugiés dans les abris de nos immeubles pour échapper aux tirs et aux bombardements", confie Abou Khaled, 58 ans. "Nous avons vraiment vécu des jours difficiles, avec peu de nourriture et de boissons", ajoute-t-il précisant que le Croissant rouge a apporté nourriture et aide médicale. Vêtue d'une robe noire et portant un voile couleur crème, Oum Omar, 55 ans, se souvient de l'attente interminable de la fin des combats. "Chaque seconde, chaque minute, nous attendions et nous disons 'si seulement, si seulement quelqu'un venait nous délivrer de cette vie".
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.