DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cancellara: l'UCI envisage une enquête sur les soupçons de dopage mécanique

Vous lisez:

Cancellara: l'UCI envisage une enquête sur les soupçons de dopage mécanique

Cancellara: l'UCI envisage une enquête sur les soupçons de dopage mécanique
Taille du texte Aa Aa
L'Union cycliste internationale (UCI) "n'exclut pas d'ouvrir une enquête" à la suite de nouvelles accusations de dopage mécanique portées contre l'ancien champion suisse Fabian Cancellara, a indiqué jeudi l'instance. "Nous n'excluons pas d'ouvrir une enquête si de nouveaux éléments venaient à tomber en notre possession", a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'UCI, confirmant des propos de son président David Lappartient tenus sur le site Cyclingnews. "Nous allons enquêter car nous devons savoir exactement ce qu'il y a derrière cela. Bien sûr j'ai entendu les rumeurs comme tout le monde, et je veux savoir exactement ce qu'il s'est passé", a déclaré le nouveau président de l'UCI, en poste depuis fin septembre, jeudi sur Cyclingnews. Le Français réagissait aux accusations portées contre Fabian Cancellara par l'ancien cycliste américain Phil Gaimon dans son livre qui vient d'être publié. "Quand on regarde les enregistrements, ses accélérations ne semblent pas du tout naturelles, comme s'il avait du mal à tenir sur le haut des pédales", explique Gaimon, ancien coureur de Garmin et Cannondale notamment. Cancellara, surnommé Spartacus et qui a quitté le peloton en 2016, a été accusé à plusieurs reprises d'avoir utilisé un moteur pour remporter plusieurs de ses courses dont le Tour des Flandres et Paris-Roubaix en 2010 sans cependant qu'aucune preuve n'ait été apportée.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.