DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La diplomatie saoudienne face à l'Iran et au Liban

Le ministre saoudien des Affaires étrangères s'explique sur le nucléaire iranien et la crise politique libanaise

Vous lisez:

La diplomatie saoudienne face à l'Iran et au Liban

Taille du texte Aa Aa

Récemment visée par un missile tiré par des rebelles yéménites, Riyad contre-attaque sur le plan diplomatique. L’Arabie saoudite tente de mobiliser la communauté internationale contre l’Iran.
Le ministre des affaires étrangères du royaume Adel Al-Jubeir, accuse la puissance chiite de déstabiliser la région.

Nous aimerions que l’Agence internationale de l’Énergie atomique agisse de manière bien plus ferme. C’est notre point de vue sur l’accord sur le nucléaire. L’autre aspect est lié à l’attitude de l’Iran, son soutien au terrorisme et son programme de missile balistiques, qui violent tous les deux les résolutions internationales. Nous voudrions que l’Iran soit sanctionnée pour son soutien au terrorisme et sanctionner pour sa violation des résolutions des Nations unies sur les missiles balistiques.
Adel bin Ahmed Al-Jubeir, ministre saoudien des affaires étrangères

La question libanaise

Le Premier ministre libanais Saad Hariri a présenté samedi sa démission depuis Riyad, disant craindre pour sa sécurité et dénonçant le rôle du Hezbollah.

Le Hezbollah a fait barrage à toutes les initiatives que le Premier ministre Hariri a tenté de mettre en œuvre. Le Hezbollah a en quelque-sorte pris en otage le système libanais, ce fût l’instrument que l’Iran a utilisé pour dominer le Liban, l’instrument que l’Iran utilise pour intervenir en Syrie, avec le Hamas et les Houthis. Nous apercevons l’espièglerie du Hezbollah dans toute la région.
Adel bin Ahmed Al-Jubeir, ministre saoudien des affaires étrangères

Le Hezbollah chiite, pro-iranien et membre de la coalition gouvernementale libanaise, accuse l’Arabie saoudite d’avoir forcé Saad Hariri à démissionner.