DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Web Summit : promesses et pièges des nouvelles technologies

Lors du Web Summit 2017, on s'extasie devant les innovations numériques tout en redoutant qu'elles nous échappent.

Vous lisez:

Web Summit : promesses et pièges des nouvelles technologies

Taille du texte Aa Aa

Au Web Summit 2017 à Lisbonne, les dernières innovations numériques qui transforment nos vies à vitesse grand V sont dans toutes les têtes, notamment l’avènement prochain de la 5G. Mais des personnalités y mettent aussi en garde contre les dangers des nouvelles technologies. C’est le cas du professeur Stephen Hawking ou de la Commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager.

Temple de la tech européenne, Davos des geeks… C’est ainsi que l’on surnomme le Web Summit. Son mot d’ordre : comment tirer avantage des nouvelles technologies tout en ayant conscience de leurs pièges.

Intervenante sur place, la commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager s’en est fait l‘écho lors de cette édition 2017. “La technologie renferme d’immenses possibilités, on peut faire de grandes choses avec, comme on peut le voir [au Web Summit], insiste-t-elle. Mais elle doit être au service des individus et je crois qu’aujourd’hui, on est plus vigilant :notre optimisme au sujet de la technologie est contrebalancé par une approche plus prudente,” tempère-t-elle.

Essor de la 5G

Cet appel à la prudence intervient en pleine ruée connectée. Les 60.000 visiteurs du Web Summit en sont l’illustration.

Et même si aujourd’hui, la moitié de la population mondiale n’a pas encore accès à internet, le phénomène devrait s’amplifier à l‘échelle de la planète, en particulier grâce au développement des réseaux 5 G.

Walter Jennings, vice-président communications d’entreprise chez Huawei Technologies, l’assure : “Si on se projette dans cinq ans, la 5G aura été totalement mise en place. Ce qui veut dire qu’aujourd’hui, on peut avoir en même temps, environ un milliard de connections au maximum, explique-t-il; avec la 5G, on sera proche des 100 milliards.”

Mise en garde de Stephen Hawking

“De nombreuses technologies que l’on peut voir au Web Summit, des discussions et des présentations ont un lien avec l’intelligence artificielle : la capacité des machines à apprendre, raisonner et se corriger elles-mêmes, nous précise notre reporter Jeremy Wilks avant d’ajouter : Le bouleversement s’annonce important pour nos sociétés, mais il y a aussi ceux qui disent : ‘Attention’.”

Parmi eux, le professeur Stephen Hawking qui a donné son point de vue lors d’une visio-conférence pendant la soirée d’ouverture du Web Summit. “On ne peut pas savoir si l’intelligence artificielle nous fournira une aide totale, si elle nous ignorera ou bien, si elle nous détruira,” dit-il.

Les machines pensantes existent déjà depuis un certain temps, mais avec l’essor de la connectivité, leurs applications dérivées sont aujourd’hui, de plus en plus accessibles dans différents domaines.

“Quand on mêle l’intelligence artificielle à l’impression 3D, aux biotechnologies, au système de blockchain ou au big data, affirme Marcus Shingles, PDG de la Fondation XPRIZE, cela nous donne des pistes totalement différentes pour résoudre des problèmes.”

“Vaincre la mort” avec l’intelligence artificielle

Le pionnier du numérique Ben Goertzel avec son robot Sophia Hanson a une vision beaucoup plus extrême de ce que les ordinateurs super-intelligents pourraient nous offrir.

“L’intelligence artificielle peut nous libérer de ce qu’on ne veut pas faire, estime Ben Goertzel, PDG de SingularityNET. Ensuite, on peut fusionner nos esprits avec l’intelligence artificielle superhumaine ou on peut rester des humains et avoir des vies beaucoup plus épanouissantes, estime-t-il. Sans parler de la possibilité de guérir des maladies et de vaincre la mort : pas la peine de devenir malade, de vieillir et de mourir à moins d’en avoir envie,” s’amuse-t-il.

Malgré la révolution numérique, on n’en est pas encore là, heureusement ou malheureusement… A vous de choisir.