DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les défis d'Audrey Azoulay à l'UNESCO

La nouvelle directrice générale de l'organisation des nations unies pour la science et la culture entre en fonction demain

Vous lisez:

Les défis d'Audrey Azoulay à l'UNESCO

Taille du texte Aa Aa

Audrey Azoulay, la nouvelle directrice générale de l’UNESCO, a prêté serment hier devant la 39e session de la conférence générale, elle entrera en fonction demain 15 novembre. Seconde femme à occuper ce poste, la Française a évoqué les défis auxquels fait face l’Organisation des nations unies pour la science et la culture, une allusion claire aux retrait américain, mais pas seulement :

La mise en oeuvre du mandat de l’UNESCO est remis en cause par les difficultés auxquels nous sommes collectivement confrontés. Difficultés à la fois financières et politiques. Financières car les ressources manquent des contributions font défaut… Certains se mettent en retrait de la communauté des nations alors même que tous nos enjeux sont communs. (…) Dans ce moment de crise, je suis convaincue qu’il faut plus que jamais s’impliquer dans l’UNESCO, la soutenir, chercher à la renforcer et à l’améliorer, mais pas à la fragiliser.

Les Etats-Unis ne sont pas l’alpha et l’oméga de l’UNESCO selon Audrey Azoulay pour qui leur retrait annoncé mi-octobre n‘était pas une surprise. Avec Israël, ils ne payaient plus leur contribution depuis 2011. Et les Américains avaient déjà quitté l’organisation de 1984 à 2002. Elle a affirmé sa volonté de continuer à travailler avec la société civile américaine, les universités et les scientifiques américains.