DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Paradise papers : l'UE veut une commission spéciale

Au Parlement européen, certains dénoncent le refus de collaborer de certains Etats membres.

Vous lisez:

Paradise papers : l'UE veut une commission spéciale

Taille du texte Aa Aa

A Bruxelles, bientôt une commission spéciale dédiée au scandale des “Panama papers”, et qui empoisonne les affaires européennes. Peu après les révélations sur l’optimisation fiscale à outrance de plusieurs sociétés et de personnalités, la Commission européenne avait déjà proposé plusieurs pistes. Mais les eurodéputés accusent certains Etat membres de faire directement barrage aux réformes :

“Nous savons que l’Irlande, le Luxembourg, les Pays Bas, Malte et Chypre vont bloquer le vote au Conseil. Donc le courage, c’est que monsieur Juncker dise “assez joué”, qu’il utilise l’article 116 du Traité et que nous passions en co-décision afin que ces cinq ou six pays ne peuvent plus bloquer les progrès comme il l’ont fait depuis 40 ans”, a commenté Eva Joly, eurodéputée écologiste.

Parmi ces pays, la plupart sont considérés comme faisant partie des 15 pires paradis fiscaux au monde, selon l’Oxfam, une ONG qui lutte contre l’évasion fiscale. Pourtant, aucun d’entre eux ne figureront sur la liste noire établie par la Commission européenne, qui ne souhaite pas froisser les Etats membres.