Cet article n'est pas disponible depuis votre région

L'antidopage russe reste au ban à trois mois des JO

Access to the comments Discussion
Par Cyril Fourneris
L'antidopage russe reste au ban à trois mois des JO

<p>Y aura-t-il des athlètes russes à Pyeongchang ? La question reste en suspens. À trois mois des Jeux olympiques d’hiver, l’Agence mondiale antidopage (<span class="caps">AMA</span>) a maintenu la suspension de l’agence russe (Rusada), lors d’une réunion à Séoul, tout en saluant les efforts de la Russie ces deux dernières années.</p> <p>“<em>Le comité de contrôle de la conformité mis en place par l’<span class="caps">AMA</span> affirme que la feuille de route commune vers la conformité a été en grande partie remplie par l’agence russe antidopage. Mais qu’il reste encore deux problèmes qui n’ont pas été réglés</em>“ a expliqué le président de l’<span class="caps">AMA</span> Craig Reedie.</p> <p><blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="en" dir="ltr"><span class="caps">WADA</span> Foundation Board approves the recommendation by the Independent Compliance Review Committee that <span class="caps">RUSADA</span> remain non-compliant.</p>— <span class="caps">WADA</span> (@wada_ama) <a href="https://twitter.com/wada_ama/status/931007581757173761?ref_src=twsrc%5Etfw">16 novembre 2017</a></blockquote><br /> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <p>L’un des points de blocage, c’est l’absence d’aveu de la Russie. Moscou refuse toujours de reconnaître le rapport McLaren dénonçant le système de dopage d’Etat en vigueur dans le pays depuis 2011. Ce rapport accablant incriminant les plus hautes sphères de l’Etat ainsi que les services secrets russes avait valu la mise au ban de la Rusada, en novembre 2015.</p> <p>“<em>Le président du comité de contrôle a manifestement assumé le rôle de juge lors de cette instance. Il a affirmé certaines choses sans nous laisser l’opportunité de le contredire ni même de discuter</em>“ a regretté le ministre russe des Sports Pavel Kolobkov, qui a fait le déplacement en Corée pour défendre son pays.</p> <p>“<em>Je pense que tout cela ne doit pas empêcher la participation des athlètes russes, qui sont sous contrôle permanent des agences étrangères pour participer à n’importe quelle compétition</em>“ a estimé le président du Comité olympique russe Alexandr Zhukov, interrogé à ses côtés par les médias russes.</p> <p>Le Comité international olympique (<span class="caps">CIO</span>) doit trancher sur la présences des sportifs russes avant le 7 décembre.</p>