DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Legends of Space, ep 10: Rosetta et Philae

Vous lisez:

Legends of Space, ep 10: Rosetta et Philae

Taille du texte Aa Aa

Retour en novembre 2014, lorsque la sonde européenne Rosetta réussissait à lancer son explorateur Philae sur la comète Tchouri.

Le largage de Philae sur la comète Tchouri reste l’un des moments phares de la vie de l’Agence Spatiale Européenne.

Pendant plusieurs heures – qui ont paru une éternité – les scientifiques de l’ESA ont retenu leur souffle, dans l’espoir de voir le robot d’exploration se poser sans dommages sur la comète.

Philae a rebondi plusieurs fois et a disparu avant, finalement, de se stabiliser.

C’est cet instant que nous avons choisi de vous raconter dans cet épisode de notre série Legends of Space, au travers des témoignages de ceux qui ont rendu l‘événement possible.

C‘était en novembre 2014.

Matt Taylor, l’astrophysicien en charge de la mission Rosetta, se souvient d’avoir dû mettre les bouchées doubles lors de cette mission. “Au début de l’année 2014, on ne savait pas vraiment à quoi ressemblait cette comète et en fin d’année, on devait faire en sorte qu’un robot de 100 kilos réussisse à s’y poser”, explique-t-il à Euronews.

Philae a été lancé par la sonde européenne Rosetta tôt le matin du 12 novembre et les scientifiques, journalistes et VIP du centre de contrôle de l’ESA à Darmstadt ont dû se ronger les ongles pendant sept heures jusqu‘à ce que le robot se pose.

Lorsqu’il a finalement touché la surface de la comète, la salle de contrôle a explosé de joie.

Revivez l’atterrissage de Philae dans les conditions du direct

Gerhard Schwehm, ancien directeur de la mission Rosetta à l’ESA*, revit pour nous ce moment :

“on a ressenti de la joie et beaucoup de soulagement. J’ai su quelques minutes plus tard qu’il était encore en train de rebondir mais il était sur la comète. Pour moi, c‘était secondaire parce qu’on avait réussi à le poser !”

La mission Rosetta a mobilisé plusieurs générations de scientifiques.
Certains d’entre eux avaient donc déjà pris leur retraite en 2014, mais ils n’auraient manqué le spectacle pour rien au monde. C’est le cas de l’ancien directeur des sciences de l’ESA. Roger-Maurice Bonnet était aux premières loges ce 12 novembre :
“ça a été un vrai moment de joie, tout le monde s’embrassait. Il n’y avait plus ni hiérarchie politique ni autre chose, c‘était une victoire de l’humanité sur un objet mythique”.

Rosetta a permis d’améliorer la connaissance sur les comètes et de fournir des informations sur les origines de notre système solaire.

Mais pour Matt Taylor, l’héritage de Rosetta est avant tout humain : “en fin de compte, c’est le fruit d’un effort international…Cela nous a permis de voir ce que l’on pouvait faire lorsque l’on travaille ensemble”, conclut-il.

Pour tout savoir sur l’odyssée de Rosetta et de Philae, regardez cette vidéo de l’Agence Spatiale Internationale :

Legends of Space, un magazine réalisé par Jeremy Wilks.