DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Malgré le verdict Mladic, une page reste à tourner en Bosnie

Vous lisez:

Malgré le verdict Mladic, une page reste à tourner en Bosnie

Malgré le verdict Mladic, une page reste à tourner en Bosnie
Taille du texte Aa Aa
La justice internationale a fini son office, Ratko Mladic finira ses jours en prison, mais la page du conflit intercommunautaire sera difficile à tourner en Bosnie. Le procureur du tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) Serge Brammertz, a prévenu que la justice ne permettrait pas à elle seule une "réconciliation (qui) doit venir de la société". Or cette "réconciliation est en panne" dans les Balkans en général et en Bosnie en particulier, écrivait la veille du verdict le commissaire aux droits de l'Homme du Conseil de l'Europe, Nils Muiznieks. Il énumérait les "divisions ethniques (qui) prennent le dessus", la "négation du génocide", la "glorification des criminels de guerre"... Ce verdict "ne marque pas un tournant" car il n'est pas accompagné de "l’apparition d’un rapport critique envers les crimes de son propre camp", regrette l'analyste Tanja Topic. Les hommes politiques serbes de Bosnie notamment "restent prisonniers de cette idée" selon laquelle le TPIY était "un tribunal politique", auteur "d’une injustice historique envers les Serbes". Mercredi, à quelques kilomètres du mémorial du massacre de Srebrenica, des autocollants ont été collés. On y voyait Mladic en uniforme et cette inscription: "Tu es notre héros". Le patron politique de l'entité des Serbes de Bosnie, Milorad Dodik a qualifié le criminel de guerre de "légende du peuple serbe". Cette opinion est majoritaire parmi les Serbes orthodoxes de Bosnie, qui pèsent pour un petit tiers des 3,5 millions d'habitants, contre un peu plus d'une moitié de Bosniaques musulmans et 15% de Croates catholiques. Ceux qui refusent de se définir selon ces lignes communautaro-religieuses, les "autres" ("ostali"), ne sont que 3%. Symbole de leur marginalisation, la Constitution prévoit qu'ils ne peuvent prétendre à la présidence tripartite d'un pays que beaucoup pensent mal-né. - La faute de Dayton - L'accord de Dayton a fait taire les armes fin 1995. Mais, selon Predrag Kojovic, président du petit parti multiethnique "Nasa Stranka" (Notre parti), il a aussi "donné aux nationalistes une puissance quasiment illimitée sur leurs territoires ethniques" et les a aidés "à réaliser leurs objectifs de guerre avec d'autres moyens, politiques". Un quart de siècle après le début d'un conflit qui a fait 100.000 morts et 2,2 millions de déplacés, des représentants de toutes les communautés évoquent volontiers le concept des "trois histoires", des "trois vérités". Le meilleur allié de ce conflit de mémoires est la ségrégation scolaire, privilégiée sous prétexte de protection des droits des minorités. Le principe du "deux écoles sous un même toit (...) persiste malgré la décision d’une juridiction interne, qui l'a déclaré discriminatoire", et malgré les recommandations d'organisations de défense des droits de l'homme, regrette Nils Muiznieks. La séparation des communautés a continué à se renforcer depuis la guerre. Banja Luka (nord du pays) était multiethnique (49% Serbes, 19% de Bosniaques, 15% de Croates), c'est désormais une cité serbe à près de 90%, selon le recensement. Autrefois symbole multiculturel, Sarajevo est désormais une ville à 80% bosniaque (la moitié en 1991). - 'Pour l'avenir' - Le maire serbe de la ville-martyre de Srebrenica (est), Mladen Grujicic affirme croire au vivre-ensemble et montre volontiers un dessin d'enfant dans son bureau: une Serbe et une Bosniaque lisent ensemble, l'une la Bible l'autre le Coran. Mais "il est évident que la Bosnie-Herzégovine ne fonctionne pas, que c'est un Etat sous perfusion", ajoute-t-il. Zijad Bacic, 40 ans, veut y croire. Il est un survivant du massacre de Zecovi (nord) où 17 membres de sa famille ont été exécutés par les hommes de Mladic. Dans le cadre du programme "Probuducnost" (Pour l'avenir), il raconte son histoire dans des lycées des Balkans avec d'autres victimes, serbes ou croates. "Les gens qui savent qu'il n'est pas possible de faire autrement que de vivre ensemble ont entamé le processus de réconciliation depuis la fin de la guerre", assure cet homme. Il se souvient que si des Serbes ont assassiné les siens, ce sont d'autres Serbes qui l'avaient caché puis aidé à fuir au péril de leur vie.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.