DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rohingyas: les conditions d'un retour "sécurisé" en Birmanie pas réunies, selon le HCR

Vous lisez:

Rohingyas: les conditions d'un retour "sécurisé" en Birmanie pas réunies, selon le HCR

Rohingyas: les conditions d'un retour "sécurisé" en Birmanie pas réunies, selon le HCR
Taille du texte Aa Aa
Les conditions ne sont actuellement pas réunies pour assurer un retour "sécurisé et durable" en Birmanie des Rohingyas actuellement réfugiés au Bangladesh, a estimé vendredi le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR). "Les conditions actuelles dans l'Etat birman de Rakhine ne permettent pas un retour sécurisé et durable", a souligné Adrian Edwards, un porte-parole de l'organisation, au cours d'une conférence de presse à Genève, au lendemain d'un accord entre les deux pays portant sur un retour "dans les deux mois" des Rohingyas en Birmanie. "Les réfugiés continuent à fuir, beaucoup ont souffert de violences, de viols, ont subi des dommages physiques, psychologiques, certains ont vu des membres de leur famille ou des amis mourir sous leurs yeux, la plupart n'ont rien ou très peu pour retourner dans leurs foyers et leurs villages détruits", a insisté M. Edwards. L'accord signé entre la Birmanie et le Bangladesh reste flou, ne précisant pas les critères de rapatriement ou le nombre des personnes concernées mais, selon le ministère des Affaires étrangères du Bangladesh, le programme de retours "doit débuter dans les deux mois". "Il est essentiel que les retours ne se fassent pas de manière précipitée ou prématurée, sans le consentement en connaissance de cause des réfugiés et sans que les bases pour des solutions durables sur place soient présentes", a encore souligné le porte-parole du HCR. Face à une campagne de répression de l'armée birmane que l'ONU considère comme un nettoyage ethnique, une vague humaine a submergé le Bangladesh et engendré l'une des plus graves crises humanitaires de ce début de XXIe siècle en Asie. Quelque 620.000 Rohingyas ont afflué depuis août au Bangladesh et la crise humanitaire a déclenché un vaste émoi international ainsi qu'une avalanche de critiques visant la dirigeante birmane Aug San Suu Kyi, lauréate du Prix Nobel de la paix, fustigée pour sa retenue dans ce dossier.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.