DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tsonga: "Si on pouvait pousser la balle avec les dents, je le ferais !"

Vous lisez:

Tsonga: "Si on pouvait pousser la balle avec les dents, je le ferais !"

Tsonga: "Si on pouvait pousser la balle avec les dents, je le ferais !"
Taille du texte Aa Aa
"Si on pouvait pousser la balle avec les dents, je le ferais !": pour le N.1 français Jo-Wilfried Tsonga, l'important n'était pas de bien jouer, mais plutôt de gagner pour ramener la France à égalité avec la Belgique, vendredi en finale de la Coupe Davis. QUESTION: Vous avez remporté votre match et en plus avec la manière. Était-ce important pour vous de réaliser une belle prestation ? REPONSE: "Au vu de ce qui s'est passé sur le premier match (défaite de Lucas Pouille face au Belge David Goffin, ndlr), pour moi le plus important c'était de ramener mon équipe à 1-1, peu importe le score, peu importe le scénario du match. Les comptes, on les fait après, on va les faire ce soir avec Yannick et les autres joueurs. Je ne me pose pas trop la question sur le fait de savoir si j'ai bien joué ou pas bien joué. Que ce soit les Belges ou nous-mêmes, on est en mission pour ramener le Saladier et il n'y a que ça qui compte, pas la façon, entre guillemets. Si on pouvait pousser la balle avec les dents, je le ferais ! Donc la manière aujourd'hui c'est pas très important." Q: Vous sentez-vous prêt à disputer le double et allez-vous demander à votre capitaine de jouer ? R:"Ça ne regarde évidemment que notre groupe. On va voir ça ensemble, tout est possible. Quand je suis arrivé sur cette rencontre j'étais préparé à tout. Ce qui compte c'est d'aller chercher ce saladier. On est tous arrivés pour se préparer à être capable d'enchaîner les matches, de faire de belles performances donc je n'y échappe pas. S'il faut y aller, je suis prêt à y aller. Tous les joueurs qui sont sur cette rencontre, je pense, sont prêts à jouer trois jours d'affilée s'il le faut pour leur pays. Quand on joue une finale de Coupe Davis on est prêts à jouer cinq heures vendredi, cinq heures le samedi et cinq heures le dimanche donc aucune possibilité n'est écartée. C'est pour nous tous un dernier sprint, une dernière ligne droite et on est tous prêts à en découdre. On est quatre dans l'équipe donc tout est possible." Q: Au début de votre match, vous avez semblé agacé par les cris de certains spectateurs. Qu'avez-vous pensé de l'ambiance au stade ? R: "Il y avait une super ambiance. Les gens sont à fond derrière nous donc forcément, à un moment donné l'arbitre est obligé de remettre le calme sur le terrain. C'était une superbe ambiance aujourd'hui, que ce soit sur le premier comme le deuxième match et j'espère que demain l'équipe de France va mettre le feu dans ce stade." Propos recueillis en conférence de presse
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.