DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Téhéran-Londres : le cas Nazanin Zaghari-Ratcliffe

Vous lisez:

Téhéran-Londres : le cas Nazanin Zaghari-Ratcliffe

Taille du texte Aa Aa

"Innocente citoyenne ou agent britannique ?" C'est en ces termes que la présentatrice de la télévision iranienne évoque le cas de Nazanin Zaghari-Ratcliffe. Une britannique et iranienne arrêtée en 2016 et condamnée à 5 ans de prison pour soi-disant avoir voulu renverser de l'intérieur le régime iranien. 

Récemment, les autorités iraniennes ont produit les preuves selon lesquelles elle aurait en outre entraîné des journalistes en vue de lancer le service perse de la BBC. L'Iran affirme aussi qu'elle espionnait des institutions et des cyber-groupes de l'opposition.

Autant d'accusation réfutées par son mari et son actuel employeur, la branche caritative de Thomson Reuters Foundation où elle occupait un poste administratif.

Mais ces nouvelles charges pourraient l'envoyer en prison pour 16 ans. Un autre procès serait envisagé d'ici fin décembre.

Nazanin Zaghari-Ratcliffe est déjà en prison depuis 15 mois et son mari se bat pour elle depuis son arrestation il y a 19 mois. Une manifestation était organisée ce week-end dans son quartier.

L'actrice Emma Thomson était présente, et a entonné la chanson préférée de leur petite fille...

Car Nazanin était avec elle à l'aéroport quand on les a arrêtées. La petite de bientôt 3 ans a été confiée à ses grands-parents. Son père se désespère de les retrouver toutes les deux.

Le 15 novembre, Richard Ratcliffe a finalement rencontré pour la première fois le chef de la diplomatie britannique, mais c'était après une gaffe diplomatique de taille. Boris Johnson venait de déclarer en commission parlementaire que Nazanin enseignait le journalisme, apportant de l'eau au moulin de Téhéran.