DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Golf: Tiger Woods, pour une énième renaissance

Vous lisez:

Golf: Tiger Woods, pour une énième renaissance

Golf: Tiger Woods, pour une énième renaissance
Taille du texte Aa Aa
Un air de déjà-vu et pourtant, à l'entendre, tout est si différent: pour la deuxième année consécutive, le roi déchu du golf Tiger Woods tente de relancer sa carrière aux Bahamas lors du Hero World Challenge à partir de jeudi. A bientôt 42 ans, retombé à la 1199e place mondiale, Woods pourrait profiter des millions de dollars qu'il a amassés sur les greens et grâce à ses nombreux contrats publicitaires et autres partenariats. Mais le "Tigre" n'est pas rassasié et croit pouvoir redevenir un joueur qui compte sur le circuit professionnel malgré quatre dernières saisons calamiteuses, entre résultats décevants, longues absences et surtout quatre opérations du dos. Dix mois après sa dernière apparition en compétition durant le Dubai Desert Classic, une épreuve du circuit européen qu'il avait quittée après le 1er tour à cause de son dos, l'Américain retrouve le Hero World Challenge, une compétition semi-officielle dont il est l'organisateur et qui réunit sur invitation 18 des meilleurs joueurs du monde. Un an après sa 15e place au Albany Golf Club, Woods l'assure: il est un tout autre joueur, car ses problèmes de dos ne sont plus qu'un lointain et mauvais souvenir. Il a longuement évoqué mardi "son nouveau corps", depuis qu'il s'est fait opérer pour la quatrième fois du dos en avril dernier et a subi un lourde intervention (fusion lombaire): "Jouer au golf sans douleurs et en ressentant du plaisir m'a manqué", a-t-il expliqué. "Je ne me rendais même plus compte que mon dos me faisait autant mal et que j'étais aussi lent (...) Je pensais que je jouais plutôt bien, mais avec le recul, je vois bien maintenant que je n'y étais pas du tout", a poursuivi celui qui a passé 683 semaines à la première place mondiale. - 'Grand pas en avant' - "J'aime la vie en ce moment (...) c'est difficile d'imaginer maintenant comment j'ai pu vivre avec ces douleurs au dos, un pied et une jambe qui ne fonctionnaient pas bien, et toutes ces heures à ne pas dormir à cause toutes ces douleurs", a-t-il poursuivi. Le joueur de golf le plus célèbre de la planète, connu autant pour ses 79 titres dont 14 en Grand Chelem, que pour ses frasques extra-conjugales et son onéreux divorce en 2010, est même revenu sur son arrestation en mai pour conduite sous influence de médicaments après avoir été retrouvé endormi au volant de sa voiture au bord d'une route en Floride. "J'essayais de ne plus ressentir toutes ces douleurs, j'essayais de dormir (...) Je revis et c'est fantastique", a-t-il simplement expliqué. Même si son corps ne le fait plus souffrir, même s'il a bouclé quelques parcours d'entraînement très encourageants avec les cadors actuels comme le N.1 mondial Dustin Johnson et Rickie Fowler, Woods doit encore convaincre les nombreux sceptiques qu'il peut rejouer à son niveau d'antan. Il ne cache pas qu'il doit aussi se convaincre lui-même. "Je ne sais pas où j'en suis, je ne connais pas la puissance de mes coups, je ne sais pas quels coups je peux frapper, je ne sais pas encore ce que l'avenir me réserve car je suis dans un processus d'apprentissage de mon corps", a prévenu Woods, en exhortant les journalistes et ses supporters à la patience. "Je ne peux pas encore donner mon programme, j'en saurai plus après ces quatre jours de compétition, mais c'est très enthousiasmant, cette semaine va être un grand pas en avant pour moi", a-t-il conclu.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.