DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Trump : "il n'y a eu aucune collusion" avec la Russie

Au lendemain de l'inculpation de son ancien conseiller Michael Flynn, Trump a réagi avec son flegme habituel

Vous lisez:

Trump : "il n'y a eu aucune collusion" avec la Russie

Taille du texte Aa Aa

Sans surprise, Donald Trump a réagi avec son flegme habituel au lendemain de l'inculpation de son ex-conseiller Michael Flynn. Le président américain n'a strictement rien à se reprocher.

"Non, je ne suis pas inquiet, a-t-il répondu aux journalistes qui l'interpellaient à sa sortie de la Maison-Blanche. Et ce qui a été démontré, c'est qu'il n'y a aucune collusion, aucune. Il n'y a eu absolument aucune collusion."

Collusion avec la Russie bien sûr. Et ces soupçons qui empoisonnent la présidence Trump depuis le début ne sont pas prêt de s'atténuer. Car son ancien conseiller à la sécurité nationale a reconnu vendredi avoir menti au FBI à propos de ses contacts avec l'ambassadeur russe aux Etats-Unis, avant que Donald Trump ne s'installe à la Maison-Blanche.

"Le général Flynn est un nouvel exemple de l'étendue des liens entre de hauts responsables engagés auprès de Trump et les Russes, déplore le sénateur démocrate Mark Warner. Combien d'autres personnalités doivent être présentées à la justice en raison de leurs liens avec la Russie avant que l'on finisse par relier tous les points ?"

Pour la professeure de droit Miriam Baer de la Brooklyn Law School, le fait que Flynn ait plaidé coupable et dise vouloir coopérer avec la justice pourrait conduire à de nouvelles révélations dans le cadre de l'enquête du procureur spécial Robert Mueller.

"Il ne semble pas du tout que ce soit la fin de l'enquête, dit-elle. Mais on peut peut-être s'attendre maintenant à voir d'autres dominos tomber."

Parmi ces dominos, la presse américaine évoque Jared Kushner, gendre et proche conseiller de Trump. C'est notamment à sa demande que Flynn aurait noué des contacts avec les Russes. Toute la question est de savoir si l'enquête finira par remonter jusqu'à Trump lui-même. Il y aurait alors matière à enclencher le processus de destitution.