DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nantes: Ranieri voulait voir les arbitres, avec un blessé...

Vous lisez:

Nantes: Ranieri voulait voir les arbitres, avec un blessé...

Nantes: Ranieri voulait voir les arbitres, avec un blessé...
Taille du texte Aa Aa
Claudio Ranieri, coach de Nantes, a voulu rencontrer les arbitres pour faire constater la blessure d'un de ses joueurs, Valentin Rongier, à la mi-temps du match de championnat à Saint-Etienne, a montré beIN Sports dimanche. Les images sont inhabituelles: on y voit Ranieri, le joueur pieds nus, avec plaies apparentes, et leur président Waldemar Kita, attendre, en vain, que les arbitres ouvrent la porte de leur vestiaire. "Ils ont arbitré à l'anglaise !", s'énerve Ranieri, ex-coach de Chelsea et Leicester, devant Dominique Rocheteau, dans l'encadrement des Verts, venu voir ce qui se passait, selon des images de beIN Sports. "On veut une explication, si on donne un coup franc ou si on attend qu'un joueur ait une jambe cassée, le jeu ne s'est pas arrêté (alors que Rongier a été touché). On protège le joueur", a expliqué M. Kita au micro de beIN Sports. L'attitude de M. Kita n'a pas plu du tout à Roland Romeyer, dirigeant de Saint-Etienne, qui lui lance "faut être fair-play, ou alors faut jouer aux cartes", selon d'autres images captées sur beIN Sports. Rongier a été touché dans un choc involontaire par Cheik Mbengue, mais le joueur nantais continue dans un premier temps l'action, selon les plans du diffuseur TV. Les Nantais en ont ensuite voulu à l'arbitre pour autre chose: un but valable leur a été refusé pour un hors jeu inexistant en début de seconde période, toujours selon les images de beIN Sports. Mais Nantes a finalement arraché le nul (1-1).
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.