DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Brexit : pas d'accord mais la "confiance"

Vous lisez:

Brexit : pas d'accord mais la "confiance"

Brexit : pas d'accord mais la "confiance"
Taille du texte Aa Aa

"Ce n'est pas un échec, c'est le début du tout dernier round", assure Jean-Claude Juncker lundi alors qu'aucun accord n'a été trouvé sur le Brexit entre l'Union Européenne et la Grande-Bretagne. Ce dernier a assuré lors d'une conférence de presse commune que si les discussions n'ont pas abouti lundi, il espérait obtenir un accord "dans le courant de la semaine", toujours "confiant" lui aussi de pouvoir l'entériner au sommet européen du 15 décembre.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et la Première ministre britannique Theresa May se sont dits "confiants" sur une issue "positive" de la première phase de négociations du Brexit. "Je suis aussi confiante sur le fait que nous allons conclure cela de façon positive", a déclaré Theresa May lors d'une brève déclaration à Bruxelles après un déjeuner de travail avec Jean-Claude Juncker. Il reste "des différences" sur "deux ou trois questions", a reconnu Theresa May, venue en personne discuter avec Jean-Claude Juncker lundi, date limite fixée par les Européens pour obtenir des "progrès suffisants" dans les trois dossiers jugés prioritaires pour le divorce : le réglement financier, le droit des citoyens expatriés et la gestion de la frontière irlandaise après le Brexit. La Britannique devait encore rencontrer lundi après-midi le président du Conseil européen Donald Tusk, qui représente les 27 dirigeants de l'UE. "Malgré nos meilleurs efforts et les avancées significatives faites par nos équipes ces derniers jours (...) il n'a pas été possible de trouver un accord complet aujourd'hui" lundi, a admis Jean-Claude Juncker. Il faudra des "consultations supplémentaires, des négociations supplémentaires", a-t-il ajouté. Il a toutefois souligné que les positions des deux camps se rapprochaient "de façon considérable, grâce à la Première ministre britannique, grâce à la volonté de la Commission (qui négocie au nom de l'UE à 27, ndlr), d'obtenir un accord juste avec le Royaume-Uni".