DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

JO-2018: après les exclusions politiques, la Russie premier pays sanctionné pour dopage

Vous lisez:

JO-2018: après les exclusions politiques, la Russie premier pays sanctionné pour dopage

JO-2018: après les exclusions politiques, la Russie premier pays sanctionné pour dopage
Taille du texte Aa Aa
La Russie, suspendue mardi par le CIO, est le premier pays dans l'histoire de l'olympisme à être sanctionné pour avoir organisé un dopage institutionnalisé, alors que l'instance olympique a déjà par le passé exclu des pays pour des raisons politiques. - 1920, 1924, 1948: après les conflits mondiaux Les deux Guerres mondiales (1914-1918 et 1939-1945) ont eu pour conséquence l'absence des pays vaincus aux éditions des jeux Olympiques suivants. Ainsi, à Anvers en 1920, les pays vaincus et leurs alliés ne sont pas invités. Sont concernés l'Allemagne, l'Autriche, la Hongrie, la Turquie et la Bulgarie. Quatre ans plus tard pour les JO-1924 à Paris, l'Allemagne est toujours bannie, alors que les quatre autres pays sont autorisés à participer. En 1948, au lendemain de la Seconde guerre mondiale, l'Allemagne et le Japon ne sont pas autorisés à participer aux Jeux d'été à Londres et aux Jeux d'hiver à Saint-Moritz. - 1964: l'Afrique du Sud et l'apartheid En conséquence de la politique d'apartheid en vigueur, l'Afrique du Sud est interdite de participation aux jeux Olympiques 1964 à Tokyo, par le Comité international olympique. Cette suspension ne sera levée qu'en 1992, pour l'édition barcelonaise des Jeux d'été. - 1972: Rhodésie et menace de boycott En 1972, quatre jours avant la cérémonie d'ouverture des Jeux à Munich, le CIO suspend la Rhodésie, rebaptisée Zimbabwe en 1980 après la déclaration d'indépendance. En cause, la menace de boycott de plusieurs pays africains, qui ne reconnaissent pas le pays. - 1992: la guerre dans les Balkans En conséquence de la guerre dans les Balkans et des sanctions décidées par l'ONU, la Yougoslavie n'est pas autorisée à disputer les Jeux de Barcelone. Les sportifs yougoslaves ont la possibilité de concourir en tant que participants olympiques indépendants (IOP), et remportent une médaille d'argent et deux médailles de bronze, toutes au tir (pistolet et carabine). - 2014: l'Inde suspendue puis réintégrée Le comité olympique indien a été suspendu par le CIO le 5 décembre 2012, en raison de différentes ingérences gouvernementales dans les affaires sportives et des problèmes de gouvernance sur fond de corruption. Conséquence: les trois Indiens en lice aux Jeux d'hiver de Sotchi, Nadeem Iqbal (ski de fond), Shiva Keshavan (luge) et Himanshu Thakur (ski alpin) défilent sous le drapeau olympique lors de la cérémonie d'ouverture le 7 février, comme athlètes indépendants. Le 11 février, l'Inde est réintégrée et les sportifs peuvent concourir sous leurs couleurs. Cinq jours plus tard, une cérémonie est organisée au village olympique pour hisser le drapeau. - 2018: la Russie, première suspension pour dopage Pour la première dans l'histoire de l'olympisme, un pays est suspendu et interdit de jeux Olympiques pour des questions de dopage. Le CIO a suspendu la Russie pour les JO-2018 de Pyeongchang, en réponse au système de dopage institutionnalisé dans ce pays, révélé par plusieurs rapports. Les sportifs russes "propres" pourront disputer les Jeux de Pyeongchang en Corée du Sud sous le nom "Athlète olympique de Russie", placés sous le drapeau olympique et l'hymne olympique sera joué pour eux.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.