DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Jérusalem : réprobation mondiale

La communauté internationale a globalement désapprouvé la décision américaine sur Jérusalem.

Vous lisez:

Jérusalem : réprobation mondiale

Taille du texte Aa Aa

Plus de 24 heures après la décision américaine sur le statut de Jérusalem, les réactions continuent de fuser, de la réprobation à la condamnation.

A Bruxelles, la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini a fait part de ses craintes.

"L'impact potentiel de l'annonce du président Trump sur Jérusalem est très préoccupant. Le contexte est très fragile et cette déclaration peut potentiellement nous faire reculer vers des temps encore plus sombres que ceux que nous vivons déjà".

Recep Tayyip Erdoğan a convoqué un sommet pan-islamique de l’Organisation de coopération islamique (OCI) à Istanbul mercredi prochain, lors duquel - assure-t-il - des conclusions seront tirées.

"A présent, les Etats-Unis ont choisi une manière de faire qui est celle du "peu importe ce que dis, ça se fera". Ce discours malheureux et mauvais va créer des troubles dans la région" a répété le président turc, qui avait condamné la veille la ""ligne rouge"" franchie par le locataire de la Maison Blanche.

En visite à Doha (Qatar), Emmanuel Macron a rappelé la position française : Jérusalem doit être la capitale des deux Etats.

"Je ne suis pas d'accord avec cette décision et je la désapprouve, parce qu'elle contrevient aux lois internationales, et aux résolutions du Conseil de Sécurité des Nations unies" a déclaré le dirigeant français, avant de préciser que "la France réitérera ce qui est sa position au Conseil de sécurité".

Ce jeudi, Boris Johnson a jugé que la décision américaine n'était "pas utile", rappelant que le Royaume-Uni souhaitait déménager son ambassade à Jérusalem, mais seulement en cas d'avancée vers une solution à deux Etats.

La République Tchèque, qui disait mercredi envisager le transfert de son ambassade dans le sillon américain, a finalement aligné sa position sur celle de l'UE ce jeudi.

D'après les médias israéliens, les Philippines ont fait part à l'Etat hébreu de leur volonté d'imiter les Etats-Unis.