DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Fête des Lumières, quel spectacle !

Vous lisez:

La Fête des Lumières, quel spectacle !

Taille du texte Aa Aa

La Fête des Lumières de Lyon attire chaque année entre trois et quatre millions de visiteurs.

La Fête des Lumières de Lyon attire chaque année entre trois et quatre millions de visiteurs. L’évènement compte désormais une douzaine d’installations et de nombreux bâtiments emblématiques de la ville scintillent une fois la nuit tombée.

« Devant nous, vous avez une pièce appelée Luminex qui consiste en un cylindre sur lequel nous avons placé 364 ampoules qui sont éclairées par des LED. Il y a environ 3000 mètres de câbles et environ 1000 connexions », explique l’artiste Philippe Morvan.

Depuis ses débuts au 17e siècle en tant que tradition religieuse provinciale, la Fête des Lumières s’est transformée en un évènement urbain tentaculaire à la pointe du design, de l’innovation et de l’art. Nous partons à la recherche d’artistes et des organisateurs pour découvrir ce que représente la réalisation d’un évènement de cette ampleur.

Damien Fontaine :

« On est dans un lieu charge d’histoire, ce spectacle s’ancre dans une certaine légende Hindu à travers ce cheval Balaha qui, parce qu’il est effrayé par un dragon qui vient d’une autre constellation s’en fuit des étoiles et vient finalement fouler la terre de ses galops de lumières. Cette un ancien soyeux qui a développé ce concept il y a une dizaine d’années et qui a réussi finalement a créé une texture, comme une texture de vêtements, mais dans laquelle il a tisse finalement toutes des fibres optiques. Et ça c’est vraiment un procédé unique. Et la nouveauté c‘était de le mettre sur un cheval. C’est un premier mondiale tout court. »

Mehdi Assem :

« En fait, c’est un hommage aux jeux d’ordinateurs. Nous avons tous grandi en jouant à ces jeux, à pacman notamment, et en grandissant avec tous ces jeux. Donc c’était une opportunité pour nous de mettre notre énergie et notre créativité pour raconter une histoire à travers cette animation. Et nous espérons que le public appréciera »

Bucko Arends :

« Je pense que c’est une histoire de collaboration. Les personnages principaux entrent dans un monde où ils sont inconnus, mais ils s’orientent grâce à leur leurs expériences de jeu et nous espérons que le public appréciera cette histoire et sera connecté avec les personnages principaux »

Christophe Martine :

« Ce qu’on a voulu c’est créer un monde fantastique avec deux structures qui sont apparentes à des chouettes mais on peut voir aussi être des poissons. Voir aussi ce que dit que ces oiseaux soient couchés dans leur nid et sur un jeu avec la lumière qui va donner l’apparence à une éclosion ou cette éclosion de lumière va donner vie à ces structures. L’idée c’est d’apporter la magie et de la poésie. »