DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Retour des Rohingyas: les ONG hostiles à des camps en Birmanie

Vous lisez:

Retour des Rohingyas: les ONG hostiles à des camps en Birmanie

Retour des Rohingyas: les ONG hostiles à des camps en Birmanie
Taille du texte Aa Aa
Les organisations humanitaires ont prévenu samedi les autorités birmanes qu'elles boycotteraient tout camp qui serait installé dans l'Etat Rakhine pour les réfugiés rohingyas de retour du Bangladesh, soulignant qu'ils devraient être autorisés à rentrer directement dans leurs foyers. Plus d'une dizaine d'organisations humanitaires dont Save the Children et Oxfam se sont déclarées "préoccupées" par des annonces récentes sur le lancement dans deux mois d'un programme de rapatriement en Birmanie des Rohingyas. Après avoir signé le 23 novembre un accord sur le retour en Birmanie de réfugiés passés au Bangladesh, où plus de 620.000 Rohingyas ont afflué depuis fin août, les autorités bangladaises ont indiqué que les réfugiés seraient dans un premier temps hébergés dans des camps temporaires dans l'Etat Rakhine. Cette annonce a suscité les craintes que ces réfugiés ne soient confrontés au même type de situation qu'en 2012, lorsque plus de 100.000 Rohingyas s'étaient retrouvés entassés dans des camps sordides dans l'Etat Rakhine après avoir été déplacés à la suite d'une vague de violences. "Il ne devrait y avoir aucune forme de camps fermés ou de lotissements semblables à des camps. Les ONG ne travailleront pas dans de tels camps s'ils étaient mis en place", ont déclaré ces ONG, soulignant que les retours devraient être volontaires. Des réfugiés continuent de franchir la frontière, a indiqué vendredi le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés, estimant que la paix doit être assurée avant la mise en oeuvre de tout programme de rapatriement.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.