DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

En Thaïlande, scandale autour de la mort d'un jeune soldat

Vous lisez:

En Thaïlande, scandale autour de la mort d'un jeune soldat

En Thaïlande, scandale autour de la mort d'un jeune soldat
Taille du texte Aa Aa
En Thaïlande, la mort d'un jeune soldat dans des conditions douteuses n'en finit pas de faire scandale: sa famille a subtilisé son corps afin de faire faire une contre-autopsie, dont les résultats préliminaires montrent selon elle qu'il a été molesté. "Le rapport d'autopsie de l'Institut central de médecine légale confirme que son corps portait des traces de coups... L'autopsie montre aussi que ses côtes n'ont pas été cassées lors du massage cardiaque", a dénoncé dimanche Supicha Tanyakan, la soeur de la victime, lors de funérailles bouddhistes organisées à Chon Buri, à deux heures de Bangkok. Le jeune homme de 18 ans, élève d'une école militaire près de Bangkok, avait été déclaré mort d'une crise cardiaque fin octobre. Mais sa famille avait refusé de croire à la version officielle: ils avaient organisé de fausses funérailles et remis le corps à l'Institut central de médecine légale pour contre-expertise. Ils avaient alors découvert que plusieurs organes internes du jeune Pakapong manquaient, dont son cerveau et son coeur, propulsant l'affaire à la Une des journaux en Thaïlande. Les organes ont finalement été remis à la famille par l'armée, qui a plaidé l'erreur de communication. Des analyses sont en cours. La famille attend le résultat final de l'autopsie avant de décider de poursuites. Quatre officiers ont été transférés depuis que l'affaire, qui s'ajoute à un série de scandales de mauvais traitements dans l'armée, a éclaté. Celle ci n'était pas joignable dimanche soir.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.