DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'indépendance de la justice en jeu en Roumanie

Plus de 12 000 personnes sont descendues dans la rue, ce dimanche, en Roumanie, pour dénoncer "l'attaque" du système judiciaire, menée par le gouvernement social-démocrate.

Vous lisez:

L'indépendance de la justice en jeu en Roumanie

Taille du texte Aa Aa

Les Roumains sont de nouveau descendus dans la rue, ce dimanche soir, pour dénoncer la réforme de la justice. 

Plus de 12 000 personnes se sont rassemblées dans tout le pays, et notamment à Bucarest, pour demander la démission du gouvernement social-démocrate

Réunis sur la Place de la Victoire, ils ont scandé "Justice, pas corruption", "Démission" et "PSD, la peste rouge" (PSD : parti social-démocrate). 

En cause : un ensemble de projets de lois qui vise, selon eux, à faire passer le système judiciaire sous la coupe de l’exécutif.

"Nous pensons que le gouvernement et la coalition au pouvoir, auraient dû dire aux Roumains ce qu'ils voulaient faire de la justice", estime Lucian Mîndruta, journaliste et blogger roumain. "Ils auraient dû dire aux gens pendant la campagne électorale : et bien nous voulons mettre la main sur le système judiciaire, restreindre vos libertés, et nous voulons en finir avec l'indépendance des procureurs". "S'ils avaient dit cela -la vérité- ils n'auraient pas si facilement gagné les élections", ajoute-t-il.

Une "attaque" contre l'indépendance de la justice et la démocratie

L'ancien Premier ministre de centre-droit, Dacian Ciolos -au pouvoir de fin 2015 à début 2017- était lui aussi présent dans le cortège, à Bucarest.

"L'attaque" visant "la justice continue". "Je ne vais pas appeler ça débat ou décision. C'est une attaque. Il n'y même pas eu un débat au parlement". "Quand l'opposition est obligée" de faire entendre sa voix "pour exprimer son opinion, déjà cela n'est plus une démocratie", estime l'ancien chef du gouvernement roumain.

La réforme de la justice prévoit également de réduire les pouvoirs de la direction nationale anticorruption (DNA), qui ne pourra plus enquêter sur des magistrats.

Le texte doit être soumis au vote en ce tout début de semaine, au parlement roumain.

Le contexte : le chef du PSD en première ligne 

Le chef des sociaux-démocrates roumains, Liviu Dragnea, est soupçonné de malversations dans l'utilisation de fonds européens

Il fait actuellement l'objet d'une enquête pour abus de pouvoir et d'utilisation de faux, des accusations qu'il rejette. Les investigations portent sur un détournement présumé de fonds destinés à des projets d'infrastructures alors qu'il était chef d'un conseil départemental entre 2000 et 2012.

Liviu Dragnea -qui exerce un contrôle étroit sur la majorité au pouvoir- est par ailleurs jugé, dans une procédure distincte, pour "abus de pouvoir" dans une affaire d'emplois fictifs.

En 2016, il avait été condamné à deux ans de prison avec sursis pour fraude électorale.

Fin janvier, le gouvernement social-démocrate avait déjà tenté de faire passer ces lois. Il avait ensuite fait marche arrière sous la pression de manifestations d'une ampleur sans précédent depuis la chute du communisme.

Avec AFP et REUTERS.