DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Gaza: deux Palestiniens tués dans une explosion, Israël dément toute attaque

Vous lisez:

Gaza: deux Palestiniens tués dans une explosion, Israël dément toute attaque

Gaza: deux Palestiniens tués dans une explosion, Israël dément toute attaque
Taille du texte Aa Aa
Deux Palestiniens membres du mouvement Jihad islamique ont été tués mardi dans la bande de Gaza dans une explosion que les autorités gazaouies ont imputée à une frappe menée par Israël, ce que l'armée israélienne a catégoriquement démenti. Le ministère de la Santé dans la bande de Gaza gouvernée par le mouvement islamiste Hamas a fait état, dans un premier temps, de deux corps amenés à l'hôpital de Beit Lahia, dans le nord de l'enclave, "après une frappe aérienne israélienne contre une moto". L'armée israélienne a immédiatement réagi en affirmant n'avoir "pas mené d'attaque dans le nord de la bande de Gaza, contrairement à des informations palestiniennes". Le Jihad islamique, deuxième formation islamiste palestinienne et alliée du Hamas lors des guerres contre Israël, a par la suite indiqué dans un communiqué que les deux hommes appartenaient à sa branche armée. Ajoutant qu'ils avaient péri au cours d'une "mission de jihad", il n'a pas fourni plus de précision sur le sujet et n'a pas évoqué de frappe israélienne. Le mouvement a identifié les deux morts comme étant Hussein Ghazi Nasrallah, 25 ans, et Moustafa al-Sultan, 29 ans, membres d'une unité de Génie. Sur place, l'explosion a laissé derrière elle un vaste cratère ainsi que la carcasse d'une moto, a constaté un photographe de l'AFP. Par ailleurs, tard dans la soirée de mardi, un "projectile" a été tiré depuis la bande de Gaza sur le sud d'Israël, a déclaré l'armée dans un communiqué sans donner davantage de détails. Une porte-parole militaire a indiqué à l'AFP qu'il s'agissait "très probablement" d'une roquette et que son point d'impact n'était pas encore connu. La bande de Gaza est de nouveau en proie aux tensions depuis la mort, le 30 octobre, de douze Palestiniens dans la destruction par Israël d'un tunnel du Jihad islamique débouchant sur son territoire, et plus récemment la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme la capitale d'Israël. Ces tensions mettent à l'épreuve le fragile cessez-le-feu observé depuis la guerre de 2014, la troisième depuis 2008 entre Israël et le Hamas et ses alliés. Avant ces deux morts, quatre Palestiniens avaient été tués dans la bande de Gaza depuis l'annonce de M. Trump le 6 décembre, soit dans des frappes israéliennes en représailles à des tirs de roquettes, soit sous des balles israéliennes lors de protestations à proximité de la barrière de béton qui ferme hermétiquement les frontières d'Israël avec l'enclave.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.