DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pas de boycott russe à Pyeongchang

Vous lisez:

Pas de boycott russe à Pyeongchang

Pas de boycott russe à Pyeongchang
Taille du texte Aa Aa

Les sportifs russes vont bel et bien participer aux prochains Jeux olympiques d'hiver en février 2018. 

Réunis à Moscou ce mardi, ils ont repoussé toute idée de boycott et décidé de se plier aux exigences du Comité international olympique. 

Ceux qui n'ont pas été impliqués dans des affaires de dopage pourront donc s'aligner à Pyeongchang sous drapeau neutre.

Alexandre Joukov, président du comité olympique russe : "Tout le monde avait la même opinion : nos sportifs doivent aller en Corée du Sud pour concourir et chercher à remporter la victoire pour la gloire de la Russie, pour la gloire de notre mère-patrie."

La semaine dernière, le CIO a suspendu la Russie à cause du dopage d'Etat mis en lumière par le rapport McLaren, puis les commissions présidées par Denis Oswald et Samuel Schmid. 

Skieurs, patineurs ou hockeyeurs : c'est donc à contrecoeur que tous défileront sous la bannière olympique lors de la cérémonie d'ouverture.

Ilya Kovalchuk, deux fois champion du monde de hockey sur glace : "Nous sommes des athlètes russes, donc c'est assez clair. Ils peuvent nous priver de notre drapeau et de notre hymne, mais ils ne peuvent pas nous prendre notre honneur et notre conscience. Le patriotisme et l'amour de notre pays sont dans nos coeurs, et personne ne peut nous les enlever. Donc nous devons aller là-bas et nous battre avec le double d'énergie."

Le CIO a disqualifié 25 Russes qui ont disputé les Jeux de Sotchi en 2014 et a privé de leurs titres plusieurs champions olympiques, comme le bobeur Aleksandr Zubkov et le fondeur Alexander Legkov.

Il y avait 226 athlètes russes à Sotchi il y a quatre ans, il devrait y en avoir presque autant à Pyeongchang sous l'appellation "Athlètes olympiques de Russie".