DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un nouveau sommet sur le climat à Paris

Emmanuel Macron inaugure le "One Planet Summit" à Paris pour célébrer le deuxième anniversaire de l'Accord de Paris sur le climat.

Vous lisez:

Un nouveau sommet sur le climat à Paris

Taille du texte Aa Aa

Emmanuel Macron inaugure ce mardi à Paris un sommet sur le climat ("One Planet Summit") pour célébrer le deuxième anniversaire de l'Accord de Paris.

Plusieurs dizaines de dirigeants sont attendus dans la capitale française pour donner un coup d'accélérateur au financement très insuffisant de la lutte contre le changement climatique.

Un sommet auquel n'a pas été convié Donald Trump, puisque les Etats-Unis se sont retirés de l'accord sur le climat.

"Suite à cette décision, le processus de ratifications de l'Accord de Paris s'est accéléré", a déclaré le président français lors d'un dîner inaugural. "De plus en plus de pays ont rejoint le club et beaucoup se sont dits : si un pays a déjà décidé de quitter l'accord, il est donc en danger".

Washington, qui avait promis trois milliards de dollars au Fonds vert de l'Onu, n'a pour l'instant versé qu'un tiers de la somme.

Et alors que Donald Trump veut également réduire les fonds pour la recherche, Emmanuel Macron a lui dévoilé les lauréats de "Make our planet great again", un système de bourses pour inciter les scientifiques à travailler sur la question du climat et les attirer en France. 

Plus de la moitié sont des chercheurs américains.

Rappel : ce que prévoit l'Accord de Paris

L'accord, conclu entre plus de 190 pays en 2015, vise à contenir la hausse de la température sous le seuil critique de 2°C, mais sur la base des engagements pris par les Etats, la planète se dirige toujours vers +3°C par rapport à l'ère pré-industrielle. 

Déjà, une hausse de moins de 1°C a suffi à provoquer plus de précipitations, le rétrécissement de la banquise ou l'augmentation du niveau moyen des océans.

Des investissements faramineux sont nécessaires 

Pour réduire les gaz à effet de serre et atteindre les objectifs, il faudra des investissements massifs.

"L'Agence internationale de l'Energie estime qu'il faudra en moyenne 3.500 milliards de dollars (d'investissements dans le secteur énergétique) chaque année pendant 30 ans pour contenir l'augmentation des températures à un minimum de 2°C"*, a souligné le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim juste avant ce "One Planet summit".

"Nous devons agir maintenant"*, mais l'action politique "ne suffira pas si nous ne revoyons pas l'architecture de la finance mondiale", a averti la responsable climat de l'ONU, Patricia Espinosa.

3500 milliards de dollars par an pendant 30 ans

Les pays du Nord ont promis de porter à 100 milliards de dollars par an d'ici 2020 leurs financements climat aux pays du Sud, qui réclament des assurances sur cette promesse, en particulier pour pouvoir s'adapter aux impacts des dérèglements (digues, surélévation des habitats, système d'alerte météo etc).

"La pièce manquante du puzzle est le financement pour aider les pays les plus pauvres à avoir accès à une énergie propre, pour qu'ils ne suivent pas le chemin du monde riche qui marche aux énergies fossiles"*, a commenté Mohamed Adow, de l'ONG Christian Aid.

Mais le sommet de mardi n'est pas une conférence des donateurs, insiste la présidence française qui évoque des "solutions concrètes" pour "multiplier les projets sur le terrain".

Parmi les engagements qui pourraient être annoncés, des dons de fondations, des coalitions pour la neutralité carbone ou contre le charbon.

Pour trouver d'autres sources de financement, plusieurs ministres français ont appuyé l'idée d'une taxe européenne sur les transactions financières, projet au point mort après des années de discussions.

Avec AFP et Reuters.