DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie: 23 civils d'une même famille tués dans des raids de la coalition

Vous lisez:

Syrie: 23 civils d'une même famille tués dans des raids de la coalition

Syrie: 23 civils d'une même famille tués dans des raids de la coalition
Taille du texte Aa Aa
Vingt-trois civils d'une même famille ont péri mercredi avant l'aube dans des raids aériens de la coalition soutenue par Washington sur un village syrien tenu par le groupe Etat islamique (EI), dans la province de Deir Ezzor (est), a indiqué une ONG. "Au moins 23 civils, dont huit enfants et six femmes, ont péri dans les frappes de la coalition contre le village de Jerzi", a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Les victimes, toutes d'une même famille -des cousins et des frères avec leurs enfants-, se cachaient dans une maison après avoir fui les combats dans un village voisin. La coalition internationale dirigée par les Etats-Unis soutient une offensive des Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition arabo-kurde, sur la rive est de l'Euphrate, dans la province de Deir Ezzor. Deir Ezzor est largement contrôlée par le régime syrien, qui a chassé les jihadistes de la plus grande partie de cette région. Un porte-parole de l'armée américaine a déclaré qu'une enquête serait ouverte sur ces pertes civiles présumées, tout en soulignant que la coalition frappait "uniquement des cibles militaires valides". "Notre processus de ciblage est soumis à des règles strictes et nous déployons des efforts extraordinaires pour protéger les non-combattants", a assuré le colonel Ryan Dillon par courrier électronique. La coalition internationale a récemment reconnu avoir tué involontairement plus de 800 civils lors des quelque 30.000 frappes aériennes opérées en Irak et en Syrie depuis sa formation en 2014. - Plus de 340.000 morts - En Syrie, parallèlement aux opérations du régime de Damas soutenu par la Russie, les FDS, appuyés par la coalition, mènent aussi une offensive contre l'EI, qui contrôle désormais moins de 10% de la province de Deir Ezzor, selon l'OSDH. Le régime syrien devrait suivre le sillage de l'Irak en annonçant prochainement la victoire sur l'EI, dont les combattants sont en fuite ou acculés dans leurs derniers secteurs. L'EI ne contrôle ainsi plus aucune ville en Syrie. Mais les jihadistes pourraient encore recourir à des attaques de type guérilla, en particulier dans la province de Deir Ezzor, où ils sont les plus actifs. A ce jour, l'EI tient encore 18 villages dans cette région, sur la rive orientale de l'Euphrate, selon l'OSDH. Il contrôle également une petite région dans celle de Hassaké (nord-est), des secteurs isolés de la province de Homs (centre) et une petite partie de la province de Hama, plus au nord. L'EI maintient également une présence dans des secteurs de Damas. Dans la province de Deraa (sud), des combattants affiliés à l'EI ont aussi une petite présence. La Russie a affirmé la semaine dernière que la Syrie était "complètement libérée" de l'EI. Mais le président français Emmanuel Macron, dont le pays est engagé dans la coalition internationale antijihadistes, a estimé que les opérations militaires contre l'EI allaient se poursuivre jusqu'à "mi, fin-février". Déclenché en 2011 avec la répression de manifestations pacifiques par le régime de Bachar al-Assad, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de pays étrangers et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé. Il a fait plus de 340.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.