DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Corée du Nord: n'entrons pas "en somnanbules dans une guerre", estime l'ONU

Vous lisez:

Corée du Nord: n'entrons pas "en somnanbules dans une guerre", estime l'ONU

Corée du Nord: n'entrons pas "en somnanbules dans une guerre", estime l'ONU
Taille du texte Aa Aa

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a mis jeudi en garde contre le risque d’entrer “en somnambules dans une guerre” au sujet de la Corée du Nord, appelant à laisser une place à la diplomatie.

“La pire des choses possibles serait que nous entrions en somnambules dans une guerre qui pourrait avoir des circonstances dramatiques”, a-t-il déclaré à l’occasion d’une visite à Tokyo.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté plusieurs séries de sanctions pour tenter de convaincre le pays reclus de renoncer à ses programmes balistique et nucléaire interdits.

Ces sanctions doivent être respectées “par la Corée du Nord en premier lieu mais aussi entièrement appliquées par tous les autres pays dont le rôle est crucial”, afin de parvenir “à la dénucléarisation de la péninsule coréenne”, a déclaré M. Guterres.

“L’unité du Conseil de sécurité est essentielle (…) Mais il est aussi crucial de laisser la possibilité de contacts diplomatiques qui permettent à la dénucléarisation de se faire de manière pacifique”, a-t-il lancé.

“Il est important que toutes les parties comprennent l’urgence qu’il y a à trouver une solution”, a-t-il déclaré au cours d’un briefing plus tard dans la journée.

S’exprimant aux côtés de M. Guterres, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a appelé lui aussi à “appliquer complètement les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies” et à “un dialogue utile en vue d’une dénucléarisation”.

La semaine dernière le secrétaire général adjoint de l’ONU aux Affaires politiques, l’Américain Jeffrey Feltman, s’est rendu en Corée du Nord.

Les Nord-Coréens “sont d’accord pour considérer qu’il est important d‘éviter une guerre”, a affirmé Jeffrey Feltman, en évoquant “la mission la plus importante” de sa carrière. “Nous avons besoin d’une solution politique” à cette crise dans la péninsule nord-coréenne et “de réduire les tensions”. “Il n’y a pas de temps à perdre”, a souligné le responsable.

Les Etats-Unis sont prêts à entamer des discussions avec la Corée du Nord “sans condition préalable”, même s’ils restent déterminés à obtenir par tous les moyens, y compris militaires, que Pyongyang renonce à l’arme nucléaire, a déclaré mardi le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson.

Interrogé sur les propos de M. Tillerson, M. Guterres a répondu qu’il ne “souhaitait pas faire de commentaires sur des expressions qui parfois pourraient ne pas rendre exactement la pensée” du gouvernement américain.

“Le dialogue doit avoir un but et le but pour nous est de parvenir à la dénucléarisation de la Péninsule coréenne et de manière pacifique”, a souligné le secrétaire général.

Interrogé sur le fait de savoir s’il souhaiterait rencontrer le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, il a répondu: “Les rencontres n’ont de sens que si elles ont une raison d‘être. Je suis prêt à aller n’importe où, n’importe quand lorsque c’est utile mais non pas (…) juste pour me trouver devant les caméras de télévision”.

“Nous sommes disponibles mais nous ne pouvons servir de médiateurs que lorsque les deux parties acceptent notre médiation”.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.