DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Roumanie : les monarchies européennes aux obsèques de l'ex-roi Michel

Vous lisez:

Roumanie : les monarchies européennes aux obsèques de l'ex-roi Michel

Taille du texte Aa Aa

Plusieurs représentants des familles royales européennes, parmi lesquels le prince Charles d’Angleterre et l’ancien roi Juan Carlos d’Espagne, ont assisté samedi en Roumanie aux obsèques de l’ex-roi Michel, mort en Suisse à 96 ans.

Un dernier hommage a été rendu au monarque dans la matinée à Bucarest en présence d’une foule compacte de milliers de Roumains rassemblés sur la place de la Révolution avec fleurs et bougies.

Comme un symbole, la foule tournait le dos au balcon à partir duquel le dictateur communiste Nicolae Ceaușescu avait fait son dernier discours en décembre 1989. Le roi Michel avait été contraint à l’abdication par les communistes en 1947.

Le cortège a ensuite gagné la Cathédrale de Bucarest où une messe a été célébrée en présence des représentants de plusieurs familles royales d’Europe, dont le prince Charles, Juan Carlos Ier, le grand duc Henri du Luxembourg, Carl XVI Gustaf de Suède, Simeon II de Bulgarie et Anne-Marie de Grèce.

Michel sera enterré dans la journée à Curtea de Arges (centre), où reposent les rois Ferdinand et Carol II, respectivement son grand-père et son père.

De nombreux Roumains ont accompagné le cercueil jusqu‘à la cathédrale, certains scandant timidement le slogan: “la monarchie est le salut de la Roumanie !”.

“Je suis très émue et je ne peux pas m’empêcher de penser au triste destin de ce pays. Notre histoire me fait honte, la période communiste et les années d’après la révolution. J’ai mal à mon pays et à mon roi”, témoignait dans l’assistance, Veronica Marcu.

Depuis l’annonce du décès de l’ancien monarque, mort de maladie le 5 décembre à Aubonne, en Suisse, les hommages populaires se sont multipliés, témoignant de l’affection des Roumains pour cette figure respectée, sur fond de discrédit massif de la classe politique nationale.

Michel Ier avait régné à deux reprises, entre 1927 et 1930 puis entre 1940 et 1947. Il était l’un des deux derniers survivants parmi les chefs d’Etat de la Deuxième guerre mondiale, avec le roi Siméon II de Bulgarie qui était enfant à cette période.

En août 1944, alors que la Roumanie s‘était alliée à l’Allemagne d’Hitler, il fit arrêter le maréchal partisan des nazis Ion Antonescu et rangea le pays du côté des Alliés.

Réfugié en Grande-Bretagne puis en Suisse, cet arrière-arrière-petit-fils de la reine Victoria avait longtemps espéré pouvoir revenir sur le trône, notamment à la chute du régime communiste en 1989.

Il n’avait toutefois recouvré la citoyenneté roumaine qu’en 1997 avant de pouvoir s‘établir à nouveau à Bucarest avec son épouse Anne de Bourbon-Parme, morte l’an dernier.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.