DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Libye: la France fait pression pour des élections au printemps

Vous lisez:

Libye: la France fait pression pour des élections au printemps

Libye: la France fait pression pour des élections au printemps
Taille du texte Aa Aa

La France, très engagée dans la recherche d’une solution politique en Libye, a pressé jeudi les camps rivaux de s’entendre au plus vite pour organiser des élections au printemps alors que le pays reste plongé dans le chaos.

“Ce calendrier est la solution politique indispensable à la Libye. Il faut maintenant (le mettre en oeuvre) avec la plus grande célérité”, a martelé le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian venu rencontrer les deux principaux protagonistes de la crise à Tripoli et Benghazi (est).

“Quand je dis printemps, je dis printemps”, a-t-il insisté, en notant que c‘était aussi le calendrier de l‘émissaire spécial de l’ONU pour la Libye, Ghassan Salamé.

Le plan d’action présenté en septembre par M. Salamé, devant le Conseil de sécurité de l’ONU, prévoit plusieurs étapes institutionnelles, dont notamment un référendum sur la Constitution et la préparation d’une loi électorale, avant la tenue d‘élections en 2018 à une date non précisée.

La mise en oeuvre de la totalité du plan semble toutefois difficile d’ici le printemps, tant les divisions politiques restent importantes.

Les deux principaux rivaux, le Premier ministre Fayez al-Sarraj et le maréchal Khalifa Haftar, se sont engagés sur un processus de sortie de crise le 25 juillet en France sous les auspices du président Emmanuel Macron.

Mais leur rapprochement reste depuis laborieux et compromis par les incertitudes sur les intentions du maréchal Haftar, l’homme fort de l’est du pays, soutenu par l’Egypte et les Emirats arabes unis mais accusé par ses détracteurs de vouloir prendre le pouvoir et instaurer une dictature militaire.

Prenant le contrepied du Conseil de sécurité de l’ONU, Khalifa Haftar a d’ailleurs décrété dimanche que l’accord politique interlibyen signé le 17 décembre 2015 à Skhirat (Maroc) était devenu caduc et avec lui le gouvernement d’union nationale (GNA) de M. Sarraj, soutenu par la communauté internationale.

- Pas d’alternative –

Le chef de la diplomatie française est donc arrivé avec un message de fermeté à la base militaire de Rajma, fief du maréchal près de Benghazi, d’où il commande 15.000 à 20.000 hommes à la tête de l’Armée nationale libyenne (ANL).

Quelle en était la tonalité ? “C‘était : il n’y a pas d’autre alternative (que l’accord de Skhirat), y compris pour vous. Vous avez une image internationale reconnue, mettez-là au service de votre pays”, a résumé Jean-Yves Le Drian à l’issue d’une heure d’entretien, devant une haie de soldats soigneusement alignés.

Il s’est toutefois dit relativement “optimiste” à l’issue de sa tournée, en notant deux “bonnes nouvelles” : l’adhésion de M. Sarraj au calendrier électoral et le “soutien” de M. Haftar au processus à condition que le scrutin soit “transparent et irréprochable”.

“Finalement l’un et l’autre, même si c’est parfois difficile (…) sont sur cette logique-là”, s’est félicité le ministre français.

Faute d‘élections au printemps, la situation risque de devenir incontrôlable dans ce pays déchiré entre fractions et milices depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, avertit-on à Paris.

- Un ‘fardeau’ –

L’enlèvement et le meurtre dimanche du maire de Misrata, troisième ville du pays aux puissantes milices, en est le dernier témoignage. “Cela montre qu’on n’est pas encore au bout de nos peines”, a relevé M. Le Drian, voyant dans cet assassinat la main des adversaires du “processus de réunification libyenne”.

Depuis son installation en mars 2016, le GNA peine à asseoir son autorité hors de Tripoli et fait face à l’hostilité persistance du Parlement élu en 2014 et basé dans l’est à Tobrouk.

A Tripoli, Jean-Yves Le Drian a aussi évoqué un renforcement de la coopération avec le GNA dans la lutte contre les passeurs de migrants et s’est entretenu avec des responsables humanitaires dans un centre de détention de migrants illégaux, après l’indignation mondiale suscitée par un reportage de CNN sur leur traitement en Libye.

“Cette situation est un fardeau pour la Libye et il faut qu’on relève (ce défi) ensemble”, a-t-il lancé.

La France et la Libye vont échanger du renseignement sur ces réseaux de trafiquants, du Niger et du Tchad à l’Europe en passant par la Libye, et engager une coopération entre leurs parquets, a-t-il dit.

Les Libyens ont aussi accepté que des compagnies aériennes étrangères puissent venir chercher des migrants autres que leurs ressortissants pour les évacuer vers leur pays d’origine, s’est-il félicité.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.