DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ce qu’il faut retenir des élections régionales en Catalogne

Vous lisez:

Ce qu’il faut retenir des élections régionales en Catalogne

Taille du texte Aa Aa

Les autorités de Madrid ont imposées ces élections anticipées en Catalogne après avoir destitué le gouvernement régional et dissous le Parlement catalan, après sa proclamation unilatérale d'indépendance du 27 octobre. 5,5 millions d'électeurs ont été appelés aux urnes ce 21 décembre. 

Voici les principaux enseignements de ce scrutin :

  • Après dépouillement de près de 99% des bulletins, les trois formations indépendantistes disposaient, avec 70 sièges sur 135 au parlement régional, de la majorité absolue.
  • Ensemble, les indépendantistes ont plus de sièges et pourront donc gouverner s'ils arrivent à former une coalition.
  • Les électeurs catalans ont battu avec près de 82% de votants le record historique de participation dans la région.
  • Ciutadans, parti unioniste de centre droit et branche catalane deCiudadanos, est devenu la première force politique de la province. La formation d'Inés Arrimadas réalise une belle percée. Elle obtient 37 sièges contre 25 sièges en 2015, o% elle avait terminé en seconde position..
  • La dirigeante de Ciutadans a également rappelé ce jeudi soir que les Catalans opposés à la sécession avaient démontré qu'ils étaient plus nombreux, assurant que les séparatistes "ne pourront plus jamais parler au nom de toute la Catalogne". 
  • La somme des suffrages pour les formations non indépendantistes - Ciutadans, Parti socialiste, La Catalogne en commun et le Parti populaire - représente plus de 52% des voix, davantage que les indépendantistes.
  • Mais la loi électorale catalane prévoit un système de pondération des voix qui avantage les régions plus rurales, où les indépendantistes sont très implantés, d'où leur victoire en sièges. 
  • Enfin, le Parti populaire du chef du gouvernement Mariano Rajoy, historiquement faible dans la région, a reçu une grosse claque. Le PP catalan sera la dernière force politique au parlement avec seulement 3 sièges, contre 11 lors des précédentes élections.

Avec AFP