DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Lafarge n'en avait rien à faire de nous": un employé raconte son travail dans la Syrie en guerre

Vous lisez:

"Lafarge n'en avait rien à faire de nous": un employé raconte son travail dans la Syrie en guerre

"Lafarge n'en avait rien à faire de nous": un employé raconte son travail dans la Syrie en guerre
Taille du texte Aa Aa

“Nous étions abandonnés par Lafarge, il fallait juste que l’usine fonctionne”: Ahmed travaillait sur le site syrien du cimentier français à Jalabiya quand des factions anti-régime ont commencé à imposer leur loi dans la région, sans que son employeur, selon lui, assure la sécurité du personnel.

Le groupe, qui a fusionné en 2015 avec le Suisse Holcim, a versé entre 2011 et 2015 près de 13 millions d’euros à ces factions, dont l’organisation jihadiste Etat islamique (EI), pour continuer à faire tourner son usine malgré le conflit, selon un rapport interne qu’il a lui-même commandité.

“Lafarge n’en avait rien à faire de nous”, insiste Ahmed (le prénom a été modifié à sa demande), un Syrien d’une trentaine d’années, lorsqu’il revient quelques années après sur cette période, en témoignant devant quelques journalistes.

Lui a travaillé dans cette usine pendant près de trois ans, jusqu’en 2013. Il raconte les premiers temps sans nuage, où le groupe français est vu comme “un ange” qui va aider les Syriens en leur permettant de travailler.

Puis vient l‘ère du désenchantement, quand aller travailler devient de plus en plus compliqué à cause des barrages de contrôle qui se multiplient et de la pression ressentie au quotidien face aux rebelles armés, sans trouver de soutien du côté de Lafarge.

“A ce moment-là, on a découvert la vraie face noire du capitalisme”, explique Ahmed, qui vit désormais dans un pays du Golfe.

Tout démarre au printemps 2012: un représentant de l’Armée syrienne libre (ASL), rassemblant des opposants au président Bachar el-Assad, arrive à l’usine, où le directeur est absent. Il renonce à s’emparer des véhicules du site mais promet de revenir.

Après, c’est au tour des Kurdes d’offrir leur protection en échange des véhicules. Sans succès mais ils reviennent tout de même plus tard s’en emparer. “On s’est alors dit que la direction avait laissé faire et qu’elle avait pris le parti des Kurdes”, relève Ahmed.

Pendant quelques heures, les Kurdes postent des francs tireurs dans l’usine avant que ceux-ci repartent et ne reviennent plus. “C‘était une manière de dire à tout le monde : Cette usine est protégée par les Kurdes“, décrypte l’ancien employé de Lafarge.

“Aucun plan d‘évacuation d’urgence”

Tout au long de 2012, la situation se tend autour de l’usine: les points de contrôle se multiplient, tenus par des factions armées. En fin d’année, c’est au tour du Front Al-Nosra, alors affilié à Al-Qaïda, de faire son apparition dans la région.

“Chacun avait ses intérêts: les Kurdes voulaient avant tout de l’argent. Pour Al-Nosra, c‘était aussi de l’argent mais ils cherchaient également des Alaouites (la minorité dont est issu Bachar el-Assad, ndlr) et des proches du régime pour les capturer”, détaille Ahmed.

“Clairement, pour qu’on puisse passer tous les jours et entrer dans l’usine et la faire fonctionner, Lafarge a dû payer tout ce monde”, poursuit-il.

Au sein de l’usine, l’ambiance est tendue. Une fois, une conférence vidéo est organisée entre les salariés et le directeur de la cimenterie, Bruno Pescheux, en poste jusqu’en 2014 et mis en examen dans l’enquête.

“Il nous a dit que tout allait s’arranger et qu’on n’avait pas de souci à se faire”, se remémore Ahmed.

En réalité, le quotidien devient de plus en plus difficile. Les salariés étrangers, des Egyptiens et des Chinois notamment, commencent à partir de l’usine.

Pour ses employés syriens, Lafarge décide qu’ils doivent tous résider, par mesure de sécurité, dans la ville de Mumbij, non loin de l’usine, à partir de l‘été 2012. Mais rien n’est prévu en cas d’attaque: “On n’avait aucun plan d‘évacuation d’urgence”, déclare-t-il.

Ahmed quitte le groupe en 2013, alors que l’EI voit son influence grandir en Syrie. L’usine fonctionnera jusqu’en septembre 2014, lorsque des membres de l’EI en prennent le contrôle.

Dans ce dossier, plusieurs anciens dirigeants de Lafarge, dont le PDG de 2007 à 2015 Bruno Lafont, ont été mis en examen, notamment pour “financement d’une entreprise terroriste”.

Onze anciens employés syriens, représentés par l’ONG Sherpa, ont porté plainte contre Lafarge.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.