DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Iran dément une libération anticipée de l'Irano-britannique Zaghari-Ratcliffe

Vous lisez:

L'Iran dément une libération anticipée de l'Irano-britannique Zaghari-Ratcliffe

L'Iran dément une libération anticipée de l'Irano-britannique Zaghari-Ratcliffe
Taille du texte Aa Aa

Le chef de la Justice de Téhéran a démenti vendredi une libération rapide de l’Irano-britannique Nazanin Zaghari-Ratcliffe, comme l’affirmait son époux la veille, a rapporté l’agence de presse du pouvoir judiciaire Mizanonline.

“Il y a deux dossiers concernant Nazanine Zaghari. Dans le premier, elle a été condamnée et dans le second le tribunal ne s’est pas encore réuni et il n’y a pas eu de verdict”, a déclaré vendredi Gholamhossein Esmaïli, le chef de la justice de Téhéran.

“Par conséquent, comme il n’y a pas de décision, nous ne pouvons pas préjuger” d’une libération anticipée, a-t-il souligné. “Le tribunal peut la condamner ou l’acquitter.”

“Si elle est condamnée, nous ne savons pas quelle sera sa peine, par conséquent, nous ignorons quand elle pourrait être libérée”, a-t-il insisté.

Employée de la Fondation Thomson Reuters liée à l’agence de presse canado-britannique du même nom, Mme Zaghari-Ratcliffe avait été arrêtée à l’aéroport de Téhéran en avril 2016 après avoir rendu visite à sa famille.

Elle avait été condamnée en septembre 2016 à cinq ans de prison pour participation à des manifestations anti-régime en 2009, ce qu’elle nie. La peine a été confirmée en appel en avril 2017.

Selon le code pénal iranien, un détenu condamné peut bénéficier d’une libération anticipée s’il a passé la moitié de sa peine en prison mais Nazanin Zaghari-Ratcliffe peut aussi être libérée pour des raisons “humanitaires”.

La télévision iranienne l’a récemment accusée d’avoir participé à des activités séditieuses contre l’Iran financées par Londres et Washington alors qu’elle collaborait, en 2009-2010, à des projets d’une émanation de la radio-télévision britannique BBC en Iran.

Son époux, Richard Ratcliffe, avait déclaré jeudi que Mme Zaghari-Ratcliffe pourrait être “éligible à une libération anticipée”.

Nazanin Zaghari-Ratcliffe a rencontré son avocat en prison mercredi et celui-ci lui a dit que sur son dossier, enregistré dans une base de données judiciaire, était désormais inscrit “éligible pour libération anticipée”, a expliqué Richard Ratcliffe à l’AFP.

“Je suis raisonnablement optimiste”, a ajouté le mari de la détenue. “Son avocat lui a dit qu’il y a encore de la paperasse mais ça devrait être fini prochainement”, a-t-il déclaré, estimant que l’attente était désormais en “jours ou semaines, pas en mois ou années”.

A l’occasion d’une visite à Téhéran le 10 décembre, le chef de la diplomatie britannique, Boris Johnson, avait évoqué avec les responsables iraniens les “inquiétudes” de Londres à propos d’un nombre indéterminé d’Irano-britanniques emprisonnés en Iran.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.