DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Privée de visa par Ryad, la Fédération israélienne d'échecs veut des compensations

Vous lisez:

Privée de visa par Ryad, la Fédération israélienne d'échecs veut des compensations

Privée de visa par Ryad, la Fédération israélienne 
d'échecs veut des compensations
Taille du texte Aa Aa

La Fédération israélienne des échecs a réclamé mardi des compensations financières à la Fédération internationale après que plusieurs de ses joueurs ont été privés de visa par l’Arabie saoudite dans le cadre d’un tournoi international organisé à Ryad.

Sept joueurs israéliens d‘échecs avaient demandé un visa pour participer au tournoi mondial “roi Salmane” de parties rapides et Blitz prévu à Ryad du 26 au 30 décembre. Il s’agit de la première compétition internationale d‘échecs dont l’organisation est confiée à l’Arabie saoudite.

Selon les règles de la Fédération internationale (FIDE), un pays ne peut pas priver des joueurs, quelle que soit leur nationalité, de participer à une telle compétition.

Mais l’Arabie saoudite a dans un premier temps refusé d’accorder des visas aux joueurs de trois pays: l’Iran, son grand rival au Moyen-Orient, le Qatar, avec qui elle est engagée dans un bras de fer diplomatique depuis le 5 juin, et Israël, avec qui elle n’a aucune relation diplomatique.

Lundi, la Fédération internationale a annoncé avoir réussi à “obtenir des visas pour les joueurs du Qatar et de l’Iran”, mais avoir échoué pour les compétiteurs de l’Etat hébreu.

“Le royaume a autorisé la participation de tous les citoyens. Exception est faite pour un certain pays avec lequel le royaume d’Arabie saoudite n’a pas de relation diplomatique et pour lequel il maintient cette politique”, a écrit sur son compte Twitter la porte-parole de l’ambassade saoudienne aux Etats-Unis, Fatima Baechen.

En réaction, la Fédération israélienne des échecs demande des compensations financières de la FIDE pour les sept joueurs —cinq hommes et deux femmes— “qui ont subi un préjudice professionnel et financier” dans cette affaire, a précisé son porte-parole Lior Aizenberg.

Les Israéliens exigent aussi de la Fédération internationale qu’elle empêche à l’avenir ce type de comportement en s’assurant “que chaque pays organisant un tournoi international, même un pays arabe, s’engage à recevoir les joueurs israéliens”.

Elle a également demandé “l’annulation immédiate” de toute autre compétition internationale prévue en Arabie saoudite dans les deux ans à venir.

La Fédération internationale des échecs n‘était pas disponible pour réagir à ces demandes.

Au-delà du seul cas de l’Arabie saoudite, les sportifs israéliens sont souvent confrontés à des difficultés lorsqu’ils veulent participer à des compétitions au Proche-Orient.

Des commentateurs ont spéculé récemment sur un éventuel rapprochement entre Israël et l’Arabie saoudite, les deux pays ayant pour ennemi commun l’Iran.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.