DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Condamnation d'un banquier turc à New York: Ankara dénonce une "ingérence"

Vous lisez:

Condamnation d'un banquier turc à New York: Ankara dénonce une "ingérence"

Taille du texte Aa Aa

La Turquie a fermement condamné jeudi la condamnation par un tribunal de New York d’un banquier turc dans le cadre d’un procès sur le contournement des sanctions américaines contre l’Iran.

Avec cette décision rendue mercredi, “le tribunal américain (…) s’est ingéré dans les affaires internes de la Turquie d’une façon sans précédent”, a affirmé le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.

Cette décision “injuste” se fonde sur “de soit-disant preuves fausses et susceptibles d‘être politiquement exploitées”, ajoute le texte, appelant à ce que le tribunal revienne sur cette décision, “une honte pour la justice”.

Mehmet Hakan Atilla, 47 ans, ex-directeur général adjoint de la banque publique turque Halkbank, a été condamné mercredi à New York pour fraude bancaire et conspiration dans un affaire impliquant des milliards de dollars et qui a nettement tendu les relations entre Washington et Istanbul.

L’homme d’affaires turco-iranien Reza Zarrab, 34 ans, au centre de ce procès explosif, a témoigné contre M. Atilla et impliqué le président turc Recep Tayyip Erdogan et des ministres du gouvernement turc.

Celui-ci a régulièrement rejeté toutes les accusations portées dans ce procès, le qualifiant de “complot” manigancé par le prédicateur Fethullah Gülen, qui vit aux Etats-Unis et qui est accusé par Ankara d’avoir fomenté le putsch manqué du 15 juillet 2016.

La sentence de Mehmet Hakan Atilla sera fixée le 11 avril prochain, selon le communiqué du procureur.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.