DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie: au moins 17 civils tués dans des raids sur la Ghouta orientale (ONG)

Vous lisez:

Syrie: au moins 17 civils tués dans des raids sur la Ghouta orientale (ONG)

Taille du texte Aa Aa

Au moins 17 civils ont été tués samedi en Syrie dans de nouveaux raids aériens du régime et de son allié russe sur la Ghouta orientale, enclave rebelle assiégée près de Damas et bombardée quasi-quotidiennement, a rapporté une ONG.

Les frappes les plus meurtrières ont eu lieu à Hamouria, où 12 civils —dont quatre enfants— ont péri, a précisé l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Un correspondant de l’AFP dans cette ville a pu voir des immeubles résidentiels détruits par les raids du jour, les façades béantes, écroulées dans des rues couvertes de décombres.

Habitants et Casques blancs (secouristes travaillant en zone rebelle) participaient aux opérations de secours.

Courant devant une voiture en flammes, un homme portait dans ses bras un garçon en pleurs, un autre le corps apparemment sans vie d’un enfant, au milieu de rues jonchées de gravats, selon le correspondant de l’AFP.

“Un projectile est tombé tout près. Le souffle de l’explosion m’a projeté sur cinq mètres. Il y a eu sept blessés et un mort”, a confié de son côté Moustafa Abou Badr, 33 ans, légèrement blessé au front.

Dans un service des urgences à Hamouria, un homme enroulait une victime dans un linceul, tandis qu’un membre du personnel médical, épuisé, enfouissait son visage dans ses paumes.

- ‘Frappes intenses’ –

Deux civils ont été tués dans la ville de Madira et trois autres à Erbine, selon l’OSDH. Les raids ont aussi fait 35 blessés.

“Les avions syriens et russes ont poursuivi samedi leurs frappes intenses contre la Ghouta orientale, prenant pour cible un plus grand nombre de zones résidentielles”, a affirmé à l’AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH qui s’appuie sur un vaste réseau de sources dans le pays en guerre.

Depuis plusieurs jours, le régime tente de briser le siège de sa seule base militaire dans la Ghouta orientale, située à l’est de Damas et assiégée depuis 2013 par les forces du président Bachar al-Assad.

Les 400.000 habitants de la Ghouta orientale, touchés par des pénuries de nourriture et de médicaments, vivent une grave crise humanitaire.

Les rebelles répliquent aux frappes aériennes en tirant obus et roquettes sur Damas. Samedi, un civil est mort dans la chute d’un obus, selon la télévision d’Etat syrienne.

Déclenché en 2011 par la répression gouvernementale de manifestations pacifiques, le conflit en Syrie s’est complexifié avec l’implication de pays étrangers et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé.

Il a fait plus de 340.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.