DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

39e anniversaire de la chute des Khmers rouges

Vous lisez:

39e anniversaire de la chute des Khmers rouges

Taille du texte Aa Aa

Quelques 40 000 Cambodgiens ont célébré le 39e anniversaire de la chute du régime Khmer rouge, coupable de la mort d’environ 1,7 millions de personnes selon le programme d'étude sur le génocide cambodgien de l'Université Yale.  

La cérémonie de "la victoire du 7 janvier" a été présidée à Phnom Penh par le Premier ministre Hun Sen, du parti du peuple cambodgien (KPK), au pouvoir depuis l'invasion vietnamienne qui a permis la chute des Khmers rouge.

Mais pour l'opposition, dont le musellement est dénoncé par l'Union européenne et les Etats-Unis, la date marque tristement le début d'une occupation de 10 ans du Cambodge par le Vietnam voisin.

Les élections générales au Cambodge auront lieu en juillet prochain mais le principal parti d’opposition, le Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP) a été dissous. 

Le titre de "Suprême commandant" est utilisé par les médias nationaux pour parler du Premier ministre Hun Sen, un ancien Khmer rouge qui s'est engagé dans la résistance.

Les Cambodgiens, des survivants

Chassé du pouvoir le 7 janvier 1979, Pol Pot voulait éliminer l'argent et la religion, mu par une idéologie communiste "intuitive" (les textes de Marx n'étaient pas traduits en Khmer). Il privilégiait notamment la paysannerie au prolétariat urbain.

On estime qu'un quart de la population cambodgienne a péri entre 1975 à 1979 sous le régime Khmer rouge, de faim, de fatigue et de maladie dans des camps de travail, ou bien torturés et exécutés.

Les responsables du régime n'ont jamais été jugés sur la qualification de génocide.