DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Coupe de la Ligue: Monaco donne une leçon de réalisme à Nice

Vous lisez:

Coupe de la Ligue: Monaco donne une leçon de réalisme à Nice

Taille du texte Aa Aa

Même sans Falcao ni Balotelli, le derby de la Côte, qui a vu Monaco éliminer Nice (2-1) mardi à l’Allianz Riviera et se qualifier pour les demi-finales de la Coupe de la Ligue, n’a pas manqué de sel.

Longtemps chahuté par des Niçois un peu tendres, Monaco a su faire preuve de patience, d’abnégation et de réalisme pour passer l’obstacle. Les acteurs n’ont même pas semblé intimidés par la première de l’assistance vidéo pour l’arbitrage, qui s’est d’ailleurs très bien passé. Car d’entrée, les Niçois ont montré leurs intentions.

Mais les Monégasques, forts de cinq victoires consécutives toutes compétitions confondues, se sont encore montré les plus efficaces. Lemar, laissé seul dans la surface, reprenait ainsi de la tête un centre de Baldé (3).

Ce but allait ouvrir la rencontre. Monaco attendait Nice, qui attaquait par des vagues, parfois superbes, parfois sans précision. Mais toujours, les hommes de Lucien Favre mettaient de l’intensité et du mouvement.

Saint-Maximin, véritable détonateur face à son ex-club, donnait à Plea entre Jemerson et Sidibé, peu réactifs. En mal de réussite ces temps-ci, l’ex-Lyonnais ne se ratait pas. Il égalisait au premier poteau (18).

Les Aiglons se sentaient forts et accentuaient leur pression. Plea, Tameze ou Lees-Melou mettaient le feu dans l’arrière-garde princière, qui, autour de Glik, pliait sans rompre. Mieux, les hommes de Leonardo Jardim allaient même reprendre l’avantage par Diakhaby (37).

L’ex-Rennais reprenait un nouveau centre de Baldé en se jetant dans la surface. Les Niçois étaient KO debout. Et la frappe non cadrée de Lees-Melou (43), au terme d’une belle action collective, ne leur permettait pas de rentrer rassurés aux vestiaires.

Pourtant, ensuite, ils allaient encore s’offrir de nouvelles situations brûlantes.

Mais les mauvais choix autant que la fatigue naissante commençaient à peser sous la pluie battante à l’image du monumental raté de Lees-Melou (64) qui, seul à six mètres, plaçait sa tête à côté à la suite d’un bon travail de Plea.

Monaco, peut-être pas aidé par la sortie sur blessure de Carrillo (60), le remplaçant attitré de Falcao, gérait lui son match. Lemar et Moutinho, tous deux en forme, donnaient le tempo. Malgré une possession de balle déficitaire, l’ASM semblait maîtriser. Plus le temps passait, moins Benaglio était mis en danger.

Après un match niçois plein de panache et d’entrain, c’est donc Monaco, plus mature, a gagné qui se qualifie. Une victoire qui va l’aider à oublir deux très larges défaites 4-0 lors de lors deux derniers déplacement en terre niçoise.

De quoi pimenter un peu plus les retrouvailles des deux clubs dans une semaine en Principauté. En championnat cette fois.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.