DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tennis: Tomic n'a "jamais eu besoin de l'aide de la Fédération"

Vous lisez:

Tennis: Tomic n'a "jamais eu besoin de l'aide de la Fédération"

Taille du texte Aa Aa

L’Australien Bernard Tomic, à qui les organisateurs avaient refusé d’octroyer une wild-card (invitation) pour l’Open d’Australie qui débute lundi à Melbourne et pour lequel il tentera de se qualifier, a déclaré mercredi qu’il n’avait besoin d’aucune aide.

“Je n’ai jamais eu besoin de la Fédération australienne pour réaliser ce que j’ai réalisé dans ma carrière”, a déclaré mercredi Tomic après sa défaite en deux sets contre le Japonais Yoshihito Nishioka, 169e joueur mondial, au Kooyong Classic à Melbourne, une exhibition.

Tomic, âgé de 24 ans et à qui l’on prédisait le plus grand avenir à ses débuts, a plongé en un an de la 26e à la 142e place au classement ATP, un rang qui ne lui permet pas d’entrer directement dans le tableau final de l’Open d’Australie. Il va donc devoir disputer les qualifications du tournoi (3 matches à gagner) pour espérer y participer.

“Je n’ai pas beaucoup joué au tennis au cours des six derniers mois, et j’ai juste besoin encore de matches afin de revenir et de retrouver la confiance sur le court”, a ajouté Tomic. “La dernière fois que je suis passé par les qualifications dans un tournoi du Grand Chelem, j’avais 18 ans, et je suis allé jusqu’en quarts de finale (en 2011)”, a-t-il rappelé.

“Je serais ravi de me qualifier, mais ça sera dur car il y a beaucoup de bons joueurs dans les qualifications où vous devez respecter tout le monde”, a-t-il encore affirmé.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.