DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La fillette aux chaussettes rouges, symbole des féminicides au Mexique

Vous lisez:

La fillette aux chaussettes rouges, symbole des féminicides au Mexique

Taille du texte Aa Aa

Durant des mois, elle est restée “la fillette aux chaussettes rouges”. A 4 ans, elle avait été sauvagement tuée et aucun proche n‘était venu réclamer son corps. Grâce à l’obstination de militants, Lupita a finalement pu être identifiée.

Dans ce cimetière de la banlieue de Mexico, Véronica dépose des fleurs sur la petite tombe et lance un “coucou petite”, comme si elle l’avait toujours connue.

Véronica Villalvazo, une militante de 47 ans, a appris la mort de Lupita dans les pages des faits divers qu’elle consulte tous les jours pour réunir des informations sur les féminicides au Mexique, pays qui recense 7,5 affaires de ce type quotidiennes, selon les chiffres de l’ONU et du gouvernement.

Le corps de la fillette a été retrouvé en mars, couvert d’hématomes et portant des traces de sévices sexuels, dans l’Etat de Mexico, jouxtant la capitale. Ce n’est qu’en décembre que la mère et le beau-père ont été arrêtés et accusés de féminicide.

Ce cas est emblématique de la vague de meurtres de femmes qui sont en hausse depuis 2016 dans ce pays, selon l’ONU.

En 2016, on comptait au Mexique 2.746 féminicides —meurtre d’une femme motivé par le fait qu’elle est une femme—, contre 2.324 en 2015. Les chiffres officiels de 2017 ne sont pas encore disponibles mais María Salguero, autre militante, en a comptabilisé de son côté 1.966.

Véronica Villalvazo a tout fait pour que Lupita retrouve son identité et cesse d‘être un numéro de plus sur une liste.

“On savait seulement (qu’elle portait) un haut vert clair et des petites chaussettes rouges”, raconte cette femme à l’AFP.

Durant tout le temps où elle n’a pas été identifiée, elle est devenue pour les Mexicains “la fillette aux chaussettes rouges”.

La militante demande alors aux autorités de l’Etat de Mexico une photo de la petite fille. Silence complet. Une source finit par lui donner un cliché. C‘était le premier pas pour retrouver son identité et les responsables.

- ‘Ca n’intéresse pas’ –

“Le silence des autorités (…) veut dire nous, on s’en fiche, on ne va rien faire“, explique l’activiste à l’AFP.

“Au Mexique, il ne se passe rien, tu peux assassiner une femme, une petite fille, la violer, la mordre, la torturer, la kidnapper et il ne t’arrivera absolument rien car ils (les autorités) n’enquêtent pas, ça ne les intéresse pas”, ajoute-t-elle.

Les autorités de l’Etat de Mexico, qui ont enterré la fillette dans un cimetière sous une pierre tombale où il est écrit “petit ange”, n‘étaient pas disponibles pour répondre à l’AFP.

Durant des mois, personne n’a su qui était “la fille aux chaussettes rouges”. Jusqu‘à ce qu’en novembre dernier, des tantes, c’est-à-dire des soeurs de la mère, contactent la militante.

Elles avaient vu l’affaire et pensaient qu’il s’agissait de Lupita, qu’elles n’avaient pas vue depuis des mois.

“La petite ne méritait pas ça. Elle avait beaucoup d’endroits où être bien”, déclare à l’AFP Marina Concepción Medina, 39 ans.

Durant sa courte vie, la fillette n’avait connu que des abus et des abandons. Faute d’avoir été reconnue, elle n’avait pas de nom de famille et a été trimballée de maison en maison.

A plusieurs reprises, Marina et sa soeur Luz Maria, 33 ans, ont demandé en vain la garde de Lupita en voyant les marques et les traces de coups sur son corps.

Ce mercredi, lors d’une conférence de presse, Villalvazo a présenté avec les familles les images de celle qui a cessé d‘être “la fillette aux chaussettes rouges” pour devenir Lupita.

Bien que le pays soit doté d’une loi pour prévenir et mettre fin à la violence contre les femmes, impunité et violence continuent d‘être très présentes.

Plus de 90% des crimes au Mexique restent impunis.

“Les institutions de l’Etat n’ont pas été capables d’inverser la tendance {…] de pourcentages élevés concernant les violences contre les femmes, qui n’ont pas été examinées à fond”, déclare à l’AFP Pablo Navarrete, coordinateur des affaires juridiques de l’Institut national des femmes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.