DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Trump traite Haïti et des pays d'Afrique de "shitholes"

Vous lisez:

Trump traite Haïti et des pays d'Afrique de "shitholes"

Taille du texte Aa Aa

Donald Trump avait réussi à surveiller son langage ces derniers temps, mais il a manifestement fait une rechute. Selon le Washington Post qui rapporte les propos du président américain, ce dernier a traité Haïti et les pays africains de "shitholes", littéralement trous à merde en français, et ce, dans le bureau ovale en pleine réunion avec des parlementaires sur l'immigration.

Donald Trump a également dit qu'il serait mieux d'avoir "plus de gens de Norvège". Des commentaires "odieux et racistes", "indignes de la Maison Blanche et contraires aux valeurs américaines", ont réagi plusieurs démocrates - et républicains.

Le New York Times cite également les même propos, sur la foi de témoignages anonymes. Selon le journal, les sénateurs présents à la réunion auraient été déconcertés. 

Membre du Congrès, le démocrate Luis Gutierrez a réagi en déclarant: "Nous pouvons dire maintenant avec 100% de certitude que le président est un raciste qui ne partage pas les valeurs inscrites dans notre Constitution".

Sa collègue républicaine Mia Love, d'ascendance haïtienne, a jugé pour sa part "désobligeants" et "clivants" les propos présidentiels et a demandé des excuses.

La Maison Blanche n'a pas nié que le président américain a tenu ces propos. 

*"Certaines personnalités politiques à Washington choisissent de se battre pour des pays étrangers, mais le président Trump se battra toujours pour le peuple américain",* a souligné un porte-parole de l'exécutif, Raj Shah, dans un communiqué.

Les parlementaires étaient présents pour évoquer les discussions entre les responsables des deux partis pour encadrer le sort des "Dreamers", les jeunes bénéficiaires du programme appelé Daca (Deferred Action for Childhood Arrival), hérité de l'administration Barack Obama. Les négociations sont ardues entre la Maison Blanche et les parlementaires sur ce projet. 

Le président américain a aussi récemment mis fin au statut temporaire de protection des Salvadoriens et des Haïtiens.