DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'UEFA poursuit son enquête contre Nasri après des injections de vitamines

Vous lisez:

L'UEFA poursuit son enquête contre Nasri après des injections de vitamines

Taille du texte Aa Aa

Samir Nasri risque une suspension alors que l’UEFA va poursuivre sa procédure à la suite du refus d’accorder rétroactivement au milieu de terrain une autorisation d’usage à des fins thérapeutiques (AUT) pour des injections de vitamines, a-t-on appris dimanche auprès de l’instance.

Nasri, formé à Marseille et qui évolue désormais dans le club turc d’Antalyaspor, risque une suspension de 4 ans, selon le journal espagnol AS, cité par L’Equipe.fr.

L’UEFA avait engagé le 6 mars 2017 une procédure disciplinaire à l’encontre de Nasri, pour une violation possible du règlement antidopage.

Cette procédure disciplinaire portait sur “l’utilisation possible d’une méthode interdite”, en l’occurrence des injections de vitamines.

Le 21 janvier 2017, Nasri a fait une demande auprès de l’UEFA de lui accorder rétroactivement une autorisation d’usage à des fins thérapeutiques (AUT) pour l’utilisation de cette méthode.

Cette demande a été rejetée par l’UEFA le 7 février 2017 et l’ancien joueur de Manchester City et du Séville FC a alors fait appel de cette décision devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) qui siège à Lausanne.

Le TAS a rejeté cet appel le 15 décembre dernier, ce qui permet donc à l’instance disciplinaire de l’UEFA de poursuivre la procédure qui avait été suspendue.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.